Nouveau parent : comment gérer votre sommeil ?

Bienvenue dans le monde de la parentalité, où le sommeil devient un bien précieux. Les bébés ont un rythme d’éveil – sommeil qui déroute souvent le sommeil du nouveau parent. Ils se réveillent généralement toutes les 2 ou 3 heures, que ce soit pour une séance de repas express, un changement de couche ou simplement pour chercher la chaleur rassurante des parents. Comprendre ce rythme est essentiel pour éviter des attentes irréalistes en matière de sommeil. Un bébé arrive et vos nuits sont bouleversées. Comment les nouveaux parents peuvent-ils gérer le manque de sommeil ? Nous vous livrons quelques conseils.

Sommeil des nouveaux parents: qu’est-ce qui change?

sommeil des nouveaux parents

Une dette de sommeil face au rythme particulier des nuits du nourrisson

Après la naissance d’un bébé, il est normal de dormir moins. Les nouveau-nés ont un rythme de sommeil particulier… et spécifique à chacun. Durant les premières semaines, les nuits sont souvent entrecoupées de moments où votre enfant réclame une attention immédiate.

  • La faim est une des premières causes de ses réveils nocturnes. Le bébé est doté d’un petit estomac et sa digestion est beaucoup plus rapide que chez un adulte. Il est donc affamé plus rapidement. 
  • Il peut également se réveiller, car sa couche est pleine et inconfortable pour bien dormir. 
  • Au bout de quelques mois, les poussées dentaires, les éventuels accès de fièvre, rhinopharyngites et maladies hivernales peuvent aussi perturber le sommeil du très jeune enfant. Et, par conséquent, celui des parents.

Autant de dérangements dont l’impact a été mesuré par une étude de la société britannique spécialisée dans la literie, Silentnight. 500 parents ayant des enfants de moins de 5 ans ont participé. Ils ont connu une perte de sommeil dépassant les deux mois au cours de la première année de la vie de leur enfant. Leur dette de sommeil était en moyenne de 4 h 30 chaque nuit, soit un déficit de plus de 2 mois au cours de la première année de vie de leur bébé. 

Gestion du sommeil fragmenté

La qualité du sommeil est aussi mise à l’épreuve. En effet, il devient fragmenté. Il n’est pas toujours facile de se rendormir après un réveil en pleine nuit, d’autant plus s’il a fallu nourrir son bébé et le changer. Par ailleurs, une nouvelle responsabilité pèse sur les épaules quand on devient parent. Le sommeil est moins serein… et quand les réveils nocturnes viennent à s’espacer, il n’est pas rare de se lever pour s’assurer que son enfant respire encore.  

Fatigue physique et mentale

La privation de sommeil prolongée peut avoir des conséquences importantes sur la santé physique et mentale des parents. La fatigue s’accumule : les jeunes parents sont épuisés et parfois désorientés. Cette fatigue peut particulièrement affecter les jeunes mamans. Elle s’ajoute au poids du quotidien, à l’impact de ce nouveau rôle de mère… et aux modifications de l’organisme qui a porté la vie pendant 9 mois. La vigilance est de mise pour éviter la dépression post-partum, voire le burn-out maternel. 

Irritabilité, stress et relation de couple

Le manque de sommeil est souvent associé à l’irritabilité et au stress… qui peut semer quelques troubles nocturnes. La spirale infernale peut vite se mettre en route. La relation entre les partenaires peut en souffrir : reproches sur le partage des tâches ménagères, des soins au bébé, jalousie, etc. Un petit être est venu se glisser dans le duo. Le couple devient famille. Des ajustements sont nécessaires. 

Comment gérer le manque de sommeil avec un bébé? Nos conseils

manque de sommeil avec un bébé

Respecter une routine de sommeil

Du côté du bébé, il est difficile d’établir une routine avant quelques semaines. Dans un premier temps, les parents répondent à ses besoins physiologiques fondamentaux. Au fur et à mesure que l’enfant acquiert un rythme régulier, un rituel apaisant de coucher peut être mis en place pour l’aider à se préparer au sommeil : un bain tiède, une histoire douce ou une berceuse. La prévisibilité de la routine favorise la régulation du sommeil.

Pendant les premières semaines, les jeunes parents peuvent également placer le berceau dans leur chambre ou un lit dans la chambre du bébé, notamment en cas d’allaitement. Quelle que soit la situation, assurez-vous d’une température agréable et d’une bonne obscurité. En cas de réveil nocturne, évitez une luminosité excessive. Préférez une lumière douce et chaude pour faciliter le retour au sommeil après les soins. 

Établir un horaire de sommeil stable et limiter la dette de sommeil

Côté sommeil des parents, essayez, dès que le rythme de votre bébé le permet, de vous coucher et de vous lever à la même heure tous les jours, même le week-end. Essayez de minimiser la dette de sommeil parentale en planifiant régulièrement des périodes de repos. Un parent reposé est mieux paré pour prendre soin de son enfant.

Prioriser le sommeil et profiter des siestes

Lorsque bébé dort, les parents dorment. Plus facile à dire qu’à faire certes. Mais l’idée est de vous reposer pendant les siestes de votre enfant durant les 2 ou 3 premiers mois. Plutôt que de vous engager dans des tâches ménagères. Le ménage peut attendre, mais votre santé a besoin de soins constants. Pointez les tâches indispensables au quotidien et répartissez les autres au fil du temps… N’hésitez pas à vous faire aider sur ces corvées. 

Même une sieste de quelques minutes peut contribuer à réduire la fatigue accumulée. Même chose si le papa ou la maman enchaîne sur un congé parental. Écoutez-vous : si vous êtes un papa ou une maman épuisée par le manque de sommeil, priorité au repos… et donc à la santé.

Répartir les responsabilités et demander de l’aide

Si possible, partagez les tâches de nuit avec votre partenaire, en fonction de l’état de fatigue de chacun ou des impératifs professionnels. Même en cas d’allaitement, il est possible de tirer son lait. Le papa peut ainsi donner un biberon de lait maternel la nuit. La répartition des responsabilités s’étend aussi à la journée pour les changes, le bain, la promenade, le nettoyage des biberons, l’entretien de la maison… et la préparation des repas. 

N’hésitez pas à solliciter l’aide de proches, d’amis ou de membres de la famille. Parfois, une courte pause peut faire toute la différence. Enfin, avant de sombrer dans un burn out parental, acceptez une aide professionnelle. Plusieurs pistes sont possibles. Si votre manque de sommeil est lié aux difficultés d’endormissement de votre enfant et à ses réveils nocturnes qui perdurent, adressez-vous à un spécialiste du sommeil des enfants. 

Votre enfant fait enfin ses nuits, mais votre fatigue persiste et votre sommeil continue d’être troublé ? N’hésitez pas à en parler à votre médecin.

FAQ – Sommeil des nouveaux parents

Quelle est cette période qu’on nomme post-partum ?

Une grossesse dure 3 trimestres. Le post-partum, c’est un peu le quatrième trimestre de la grossesse, ce sont ces semaines qui suivent l’accouchement. 

Cette phase est marquée par d’importants bouleversements physiques, émotionnels et hormonaux pour la mère. Sur le plan physique, le corps de la mère subit des changements importants pour récupérer de l’accouchement et s’adapter à l’allaitement si elle fait ce choix.
Sur le plan émotionnel, de nombreuses mères ressentent de la fatigue, de l’irritabilité et des sautes d’humeur. En cause ? Le manque de sommeil et les changements hormonaux. 

Il est courant de se sentir submergé par les nouvelles responsabilités liées à la maternité. Pendant le post-partum, les parents prennent leurs marques. Mais un facteur important rend l’épreuve encore plus difficile : le manque de sommeil. Ce dernier est perturbé par les besoins fréquents du nourrisson et les ajustements hormonaux pour la maman. Il est normal de ressentir un large éventail d’émotions durant cette période. L’important est d’en avoir conscience afin de solliciter un soutien adéquat.

Pourquoi un bébé pleure dès qu’on le pose dans son lit ?

Lorsqu’on pose le bébé dans son lit, il peut se mettre à pleurer en raison :

du changement d’environnement et de la perte de chaleur dont il bénéficiait contre le corps de l’adulte ;
d’une interruption de sa phase d’endormissement ;
d’une sensation d’isolement ;
de la nécessité de réconfort en raison d’une digestion difficile ou douloureuse. 

Par ailleurs, certains nourrissons ont un fort besoin de contact physique. Ils peuvent ressentir un inconfort lorsqu’ils sont séparés de leurs parents. Le pleur est un moyen de communication pour le bébé. Le Dunstan Baby Language s’attache d’ailleurs à décoder ces pleurs de bébés. Vous pouvez répondre par la voix, une chanson, quelques caresses sur le visage ou la main pour rassurer l’enfant. 

Les premières semaines, n’hésitez pas à utiliser un berceau, plus cocooning qu’un grand lit à barreaux dans lequel le bébé peut se sentir perdu et apeuré.

Merci de donner votre avis post

Eté EMMA : jusqu'à -50% sur la literie

00JOURS: 00HEURES: 00MINS: 00SECS
J'en profite