Phase de sommeil paradoxal REM

Description de la phase

La phase du sommeil paradoxal également appelée REM (rapid eye movement) n’a cessé de fasciner la science à travers les âges. 

Aujourd’hui encore, de nombreuses zones d’ombre persistent à son sujet. Néanmoins, les nouvelles technologies ont permis de mettre en lumière certains éléments phares de l’une des 4 phases du cycle du sommeil. Zoom sur le sommeil paradoxal, une étape essentielle de notre repos nocturne avec en plus nos différents conseils !

Le sommeil paradoxal est le lieu privilégié de l’expression des rêves. Non seulement les rêves sont plus nombreux dans cette partie de la nuit, mais il s’agit également des rêves dont la personne va davantage se rappeler au réveil.

Sommeil paradoxal : définition

Le rôle du sommeil paradoxal

sommeil paradoxal

D’un côté, le sommeil profond va recharger le corps en énergie. D’un autre, le sommeil paradoxal, qui suit le sommeil profond dans le cycle, va trier les émotions et les souvenirs. Ce stade du sommeil se caractérise par une activité cérébrale élevée associée à un corps totalement immobile.

Ici, le terme « paradoxal » désigne la jonction de deux univers contradictoires. La réalité que nous connaissons et le monde énigmatique des rêves.
Aussi étonnant que cela puisse paraître, cet entrecroisement de perception s’avère nécessaire au bien-être de l’individu…

Le sommeil paradoxal est connu notamment pour être le moment privilégié du rêve. Il joue également un rôle primordial dans la maturation du système nerveux ainsi que dans l’augmentation des capacités de stockage en mémoire. La phase du sommeil paradoxal également appelée REM (rapid eye movement) n’a cessé de fasciner la science à travers les âges. 

Aujourd’hui encore, de nombreuses zones d’ombre persistent à son sujet. Néanmoins, les nouvelles technologies ont permis de mettre en lumière certains éléments phares de l’une des 4 phases du cycle du sommeil. Zoom sur le sommeil paradoxal, une étape essentielle de notre repos nocturne avec en plus nos différents conseils !

Le sommeil paradoxal def est une phase de sommeil très importante ! C’est à ce moment précis que le cerveau devient le plus réceptif. Pendant ce temps, il transmettra les informations primordiales vers votre mémoire. 

phase-de-sommeil-paradoxal

Le sommeil paradoxal joue donc un rôle prépondérant dans l’apprentissage au quotidien. Puisqu’il classe et stocke les données collectées durant la journée.
Certains souvenirs sont encore présents durant l’éveil, mais très vite, la plupart d’entre eux se dissipent dans la brume.

Caractéristique :

Les ondes électriques du cerveau sont rapides. Il y a une disparition totale du tonus musculaire accompagné de mouvements oculaires rapides d’ou le nom du stade REM « Rapid Eye Movements« . Les fonctions vitales, telles que la respiration ou encore le rythme cardiaque, sont instables. Son nom est issu du paradoxe entre des signes de sommeil profond (atonie musculaire) et des signes d’éveil (ondes électriques et mouvements oculaires rapides). Le sommeil paradoxal est accompagné d’une activité onirique intense.

cycle-du-sommeil-sommeil-paradoxal

La durée du sommeil paradoxal

Le sommeil paradoxal représente environ 20 % du temps de sommeil total. Mais ce pourcentage varie selon les âges. Chez les bébés et les enfants, il s’avère plus élevé en raison de leur important besoin en apprentissage.

Chez les adultes, ce pourcentage est plus faible, car les bases sont déjà bien acquises.

Le temps passé dans la phase de sommeil paradoxal peut ainsi varier entre 30 et 120 minutes chez les bébés et les enfants. Et peut osciller entre 15 et 20 minutes chez les adultes.
Bien que ce stade de sommeil soit plus court que le sommeil profond, son impact sur le cerveau est plus grand !

La durée sommeil paradoxal augmente aussi en fonction de la journée que vous avez passée. Si celle-ci a été chargée ou stressante, le cerveau mettra plus de temps à traiter toutes les informations collectées.

Les principales caractéristiques de cette phase

La consolidation de la mémoire : c’est le principal rôle du sommeil paradoxal ! Les émotions et les sensations vécues au cours de la journée vont naturellement remonter à la surface. Le cerveau va ensuite les trier avant de classer les plus importantes dans sa mémoire à long terme.

L’amélioration des performances physiques et cognitives : la phase paradoxale s’avère également bénéfique concernant la récupération physique.

sommeil paradoxal


Le corps fabrique alors des hormones favorisant la croissance et la construction musculaire. Par ailleurs, c’est durant cette période que les capacités intellectuelles sont améliorées.

La diminution du stress et de l’anxiété : le cerveau se détend et les tensions s’estompent peu à peu. Ce qui va favoriser la production de neurotransmetteurs apaisants, comme la sérotonine. L’individu se réveillera donc moins tendu et plus reposé.

La lutte contre certains virus : ce type de sommeil s’accompagne souvent d’une augmentation du taux d’immunoglobulines. Ces dernières sont des anticorps naturels indispensables au bon fonctionnement du système immunitaire.

Le sommeil paradoxal et les rêves

reve

Les rêves permettraient d’assurer un lien entre conscience et inconscience. Le cerveau se servirait de ceux-ci pour digérer les informations reçues pendant la journée.

Le sommeil paradoxal est étroitement lié à cette activité cérébrale si particulière. Cela s’explique par le fait que les rêves se déroulent principalement durant ce type de sommeil. Le cerveau est alors très actif et les émotions sont à leur comble. Un cocktail idéal pour faire surgir les rêves les plus fous !  

En ce sens, tous les êtres humains ne rêvent pas de la même manière… Certains rêvent en couleurs, d’autres en noir et blanc. L’interprétation de ces songes dépendra ensuite de votre culture et de votre personnalité.

Le contenu des rêves varie d’une personne à une autre, d’une nuit à l’autre, d’une partie de la nuit à l’autre. Qu’ils soient effrayants, agréables ou même absurdes, nos rêves sont uniques ! Nos rêves sont à nous

Ces songes peuvent cependant avoir une fonction commune : mettre en lumière les soucis et les angoisses de la veille. Le cerveau utiliserait les images oniriques pour déjouer certains conflits internes ou externes. Le rêve peut donc, selon la théorie proposée, constituer un mécanisme de défense naturel important. Son contenu est en grande partie lié à notre opinion de nous-même et à notre histoire. Mais il peut aussi être le fruit d’événements traumatisants ou marquants vécus auparavant.

Saviez-vous que les rêves les plus intenses avaient lieu en fin de nuit, juste avant le réveil ? Dans cette période, le cerveau est particulièrement actif et enregistre une haute quantité d’informations. Pas étonnant que le matin, certains éléments de vos rêves demeurent flous.

Le rôle des rêves dans le sommeil paradoxal a longtemps été inconnu. Les scientifiques pensaient qu’il était seulement question d’un « débranchement » du cerveau. Le rêve n’était alors qu’un phénomène secondaire, voire accessoire. Toutefois, de nombreuses études ont par la suite prouvé l’importance de ce processus actif dans le bon fonctionnement du cerveau. Le sommeil paradoxal s’avère une phase cruciale pour la mémoire, la récupération physique et le bien-être mental !

Sommeil paradoxal perturbé : pourquoi et comment faire ?

Sommeil paradoxal perturbé : les raisons

Également appelée insomnie subjective ou mauvaise perception du sommeil, l’insomnie paradoxale est un fait bien connu de notre société actuelle. La personne a l’impression de ne pas avoir dormi pendant la nuit. Il se plaint aussi d’un manque d’énergie criant durant la journée. Le sujet a ainsi du mal à déterminer la durée réelle de son sommeil. Ceci est le cas notamment pour un manque de sommeil paradoxal ou des perturbations dans ces derniers. Mais s’agissant d’une insomnie paradoxale, le dormeur se voit incapable de ressentir qu’il a dormi. 

insomnie

La plupart des personnes en manque de sommeil paradoxal présentent une personnalité anxieuse. Ce qui, au moment du coucher, cause une activité mentale accrue couplée d’une incapacité à la ralentir. D’ailleurs, une majorité d’entre eux (les personnes en manque de sommeil paradoxal) affirment réfléchir démesurément durant la nuit. 

Une multitude de données recueillies au sujet de la mauvaise perception du sommeil restent difficilement explicables. Et ce, malgré les grandes avancées technologiques en matière de médecine. 

Toutefois, de nombreux chercheurs proposent les théories suivantes : les personnes sujettes à cette perception erronée auraient un niveau d’activation cérébrale plus élevé que la moyenne. C’est cette activité accrue qui leur donnerait l’impression de ne pas avoir dormi au réveil

L’autre hypothèse proposée mettrait en exergue une façon hypocondriaque d’exprimer ses déboires pendant le sommeil. 

La dernière proposition des médecins pencherait vers un sommeil de piètre qualité. Bien que les enregistrements polysomnographiques n’aient pas encore réussi à observer cette défectuosité qualitative. 

Dans les faits avérés, notons que ce trouble peut aussi découler d’une carence en fer, d’une apnée du sommeil. D’un syndrome des jambes lourdes ou de la prise de certains médicaments.

Sommeil paradoxal perturbé : que faire ?

Il n’existe à ce jour aucun traitement médicamenteux à visée curative pour lutter contre cette pathologie. Le seul espoir demeure dans une prise en charge thérapeutique globale du dormeur. Le but étant de diminuer les facteurs favorisant le manque de perception du sommeil. Certains médecins pensent que cela pourrait résulter en une amélioration des troubles du sommeil, voire une disparition complète de ceux-ci. 

Toutes les personnes confrontées à un sommeil paradoxal perturbé s’accordent à dire qu’elles souffrent énormément. Le stress lié à cet État peut avoir de lourdes conséquences sur la qualité de vie du sujet. Il peut ainsi perturber sa santé physique et mentale, sa vie sociale, professionnelle et familiale.

Néanmoins, pour stabiliser votre sommeil paradoxal, vous pouvez commencer par suivre ces quelques Conseils de base :

  • Levez-vous et couchez-vous à la même heure tous les soirs : cela permettra de réguler votre rythme de vie ainsi que votre horloge biologique.
  • Évitez la caféine, l’alcool et les cigarettes : ces substances ont un effet stimulant sur le système nerveux, ce qui peut perturber votre sommeil.
  • Faites régulièrement des exercices physiques (avant 18 h) : le sport améliore la qualité du sommeil et favorise un endormissement rapide.
  • Faites attention à votre alimentation : privilégiez les aliments riches en tryptophanes, comme le riz complet, les bananes ou encore les amandes. (alimentation et sommeil)
    Le tryptophane est un acide aminé essentiel à la fabrication de la sérotonine, une hormone liée au sommeil.
  • Bannissez les écrans avant de vous coucher : rappelez-vous que la lumière émise par ces appareils retarde fortement l’endormissement. (lumière bleu et sommeil)
  • Concentrez-vous sur votre respiration et essayez de vous détendre : cette méthode peut être très utile pour apaiser l’esprit et repousser les pensées négatives.

FAQ – Sommeil paradoxal

Quel est le sommeil le plus réparateur ?

Le sommeil lent profond constitue la phase de sommeil la plus réparatrice. C’est durant ce stade que se produisent la plupart des processus de récupération et de restauration corporelle. Ici, le cerveau a atteint son pic d’insensibilité aux stimulations extérieures. Cette déconnexion avec la réalité est accompagnée de muscles complètement détendus.
 
Chez l’adulte, on estime que ce cycle dure entre 20 et 30 minutes. En revanche, chez l’enfant et les adolescents, il est plus long et peut durer jusqu’à une heure. Quoi qu’il en soit, il compose 10 à 20 % du temps total de notre sommeil.
 
Par ailleurs, il existe une autre forme de sommeil réparateur, appelée « sommeil paradoxal » ou « Sommeil REM » (Rapid Eye Movement). Cette phase se caractérise par des mouvements rapides des yeux et la vision de rêve très vivaces. Le sommeil paradoxal représente 20 à 25 % du temps total de sommeil et se produit généralement en dernier lieu. Juste après une période de sommeil lent profond.

Le sommeil paradoxal chez le bébé ?

Entre la naissance et l’enfance, le sommeil paradoxal va changer et évoluer. Le bébé va d’abord dormir environ 16 heures par jour. Son sommeil sera très fragmenté et il se réveillera souvent (en moyenne toutes les 3 h). Cela est dû au fait que le cerveau du bébé est en plein développement.
Avec l’âge, le sommeil du bébé va se stabiliser et il dormira environ 12 heures par jour.
 
À partir du troisième mois environ, le sommeil agité du bébé laisse place au sommeil paradoxal ; ce qui expliquerait cette multitude de mouvements brusques lors du repos. Il peut également émettre des sons, gazouiller ou sourire sans raison apparente. La phase paradoxale succède à plusieurs phases. D’un autre côté, elle sera suivie du sommeil lent léger qui favorise la consolidation de ses souvenirs. 
 
Viendra ensuite le sommeil lent profond qui l’aidera à récupérer et à développer ses facultés physiques. Bébé aura donc besoin d’une quantité équitable de sommeil pour affronter la nouvelle journée qui s’offrira à lui.

Les autres phases du sommeil :

Sommaire du dossier :

Soldes d’été Emma jusqu’à -50% + 10% suppl. avec SOMMEIL10
00JOURS: 00HEURES: 00MINS: 00SECS
J'en profite