Sursaut du sommeil : définition et causes de la secousse hypnique

Un sursaut du sommeil est un spasme musculaire qui survient au moment de l’endormissement. Aussi appelé myoclonie hypnique ou secousse hypnique, ce phénomène physiologique concerne plus des deux tiers de la population et se révèle sans gravité. Toutefois, les sursauts d’endormissement peuvent surprendre. De plus, ils sont souvent associés à une sensation de chute qui fait parfois peur. Dans cet article, nous nous sommes intéressés de plus près à ce phénomène courant. Qu’est-ce que le sursaut du sommeil ? Quels en sont les causes et les symptômes ? Comment y remédier ? Nous vous disons tout ce qu’il faut savoir. 

Sursaut du sommeil : de quoi s’agit-il ?

Myoclonie hypnique : définition

Aussi appelée secousse hypnique, la myoclonie désigne un sursaut musculaire qui survient pendant l’endormissement. Ce sursaut du sommeil se manifeste par la contraction involontaire et soudaine d’un muscle. Elle s’accompagne généralement d’une sensation de chute, la personne a l’impression de tomber dans un trou. La myoclonie hypnique survient entre l’état de veille et de sommeil profond, dans les premières phases du sommeil. 

Les myoclonies d’endormissement font partie des myoclonies physiologiques. Ces sursauts d’endormissement sont tout à fait normaux et bénins. Ils concernent près de 70 % de la population et peuvent apparaître à tout âge. Il existe toutefois des facteurs favorisants comme le stress, la consommation d’excitants, le manque de sommeil, etc. Le hoquet, par exemple, fait également des myoclonies physiologiques

Il existe d’autres types de myoclonies. Les myoclonies secondaires sont déclenchées par une pathologie (maladie de Parkinson, maladie d’Alzheimer, insuffisance hépatique, etc.). Le médecin pourra réaliser une prise de sang ou une IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) pour identifier l’origine des sursauts musculaires. Les personnes atteintes de troubles convulsifs pourront réaliser un encéphalogramme. 

Les myoclonies iatrogènes sont provoquées par la prise de certains traitements médicamenteux (certains antidépresseurs, les antihistaminiques, certains antibiotiques, etc.). 

De manière générale, il convient de traiter la cause de la myoclonie. Lorsque cela se révèle impossible, un anticonvulsivant peut être prescrit dans le but de diminuer les symptômes.

sursaut du sommeil

Origine

Lorsque nous dormons, les muscles perdent leur tonus. Au moment de l’endormissement, des sursauts musculaires peuvent alors apparaître. Ce phénomène physiologique est donc provoqué par le relâchement musculaire qui survient à l’endormissement. Notre cerveau perçoit cette décontraction comme une chute et envoie un signal à nos muscles. Il se produit alors une contraction musculaire souvent associée à la sensation de tomber de haut

Jusqu’à -50% sur votre literie !
Ventes Hiver Hypnia jusqu'à -40% et -10% additionnels avec le code "sommeil10"

Sursaut du sommeil : quelles en sont les causes et symptômes ?

Les causes

On ne connaît pas très bien les causes des sursauts d’endormissement. En effet, elle touche des personnes en parfaite santé et de tous âges. Certaines hypothèses peuvent toutefois expliquer leur apparition.

#1. Le stress et l’anxiété

L’anxiété et le stress semblent se révéler par les facteurs les plus courants de myoclonie hypnique. En effet, l’inquiétude et l’angoisse ont tendance à maintenir le cerveau en état d’éveil. Et cela, même quand les muscles tendent à se relaxer au moment de l’endormissement. Le système nerveux envoie alors des signaux lorsque l’on s’endort ou pendant le sommeil. Par ailleurs, le fait de ressentir plusieurs sursauts musculaires peut générer une peur de ne pas parvenir à s’endormir qui favorise le stress

#2. La consommation d’excitants

Les produits excitants ont tendance à prolonger l’endormissement et à perturber la qualité du sommeil. La caféine, la théine ou la nicotine peuvent ainsi avoir pour effet d’empêcher d’atteindre une phase de sommeil profond. Elles provoqueront alors des sursauts au niveau des muscles

#3. L’activité sportive

On démontré que pratiquer une activité physique quotidienne favorise un sommeil réparateur. Néanmoins, une séance de sport qui se déroule à un moment trop rapproché de l’heure du coucher peut avoir l’effet inverse. En effet, après une activité physique intensive, le corps et le cerveau ont besoin d’un certain laps de temps pour réduire leur activité. Ce moment de relâchement est nécessaire pour atteindre un état propice au sommeil. Aller au lit sans laisser au corps ce temps de repos peut entraîner des contractions musculaires

#4. Le manque de sommeil

Les troubles du sommeil ainsi qu’une dette de sommeil peuvent aussi conduire à des secousses hypnagogiques. Dans ce cas, il est essentiel d’adopter de nouvelles habitudes de sommeil pour réduire les contractions musculaires :

  • éviter les excitants et l’alcool ; 
  • bannir les écrans le soir ; 
  • adopter des horaires de sommeil réguliers ;
  • etc.

Les symptômes

Ce phénomène de sursaut musculaire est physiologique. Il est dû à un relâchement des muscles au moment de l’endormissement. Les secousses hypnagogiques s’accompagnent de plusieurs symptômes :

  • une impression de tomber dans un trou ; 
  • des hallucinations ou des rêves en lien avec la sensation de chute ;
  • une accélération de la respiration ;
  • de la transpiration ;
  • une accélération du rythme cardiaque ;
  • des flashs sensoriels

Ces spasmes sont la plupart du temps sans danger pour la santé. Cependant, lorsqu’ils surviennent toutes les nuits et perturbent le sommeil, les sursauts peuvent cacher un problème plus grave comme une apnée du sommeil. Si vous constatez que les symptômes sont récurrents et ont une incidence sur la durée et la qualité de votre sommeil, il est important de consulter votre médecin traitant. Il pourra vous prescrire des examens pour identifier la cause des symptômes ou vous orienter vers un neurologue

FAQ – Sursaut du sommeil

Comment lutter contre ces mouvements anormaux pendant la nuit ?

Il n’existe pas de remède miracle pour se débarrasser des sursauts d’endormissement. Il est toutefois possible de réduire leur apparition en favorisant la détente avant de se coucher. Les secousses hypniques seraient principalement provoquées par le stress et l’anxiété. Il est donc essentiel de se détendre le soir pour lutter contre ces troubles. Voici quelques conseils pour vous aider à vous relaxer avant d’aller vous coucher : 

• réaliser une séance de relaxation ou de méditation ; 
• lire un livre ;
• faire du yoga ; 
• ne pas visionner d’écrans : ils ont tendance à favoriser l’état d’éveil ; 
• boire une infusion à base de plantes favorisant le sommeil (tilleul, lavande, camomille, etc.) ;
• bannir les excitants (café, thé, alcool).

Si les sursauts persistent, garder à l’esprit qu’ils sont sans conséquences sur la santé. S’ils ne nuisent pas à votre sommeil, vous n’avez en conséquence pas à vous inquiéter.

Comment éviter les secousses hypniques ?

Les secousses hypniques sont très courantes et ont un caractère bénin. Il n’existe pas de solutions toutes faites pour les éviter, mais vous pouvez prévenir leur apparition en vous relaxant. Pour cela, il est recommandé de bien s’hydrater au cours de la journée, d’éviter les stimulants, d’effectuer des séances de relaxation, etc. L’objectif consiste à réduire le stress favorisant la survenue des secousses d’endormissement.

À quel moment les sursauts du sommeil deviennent préoccupants ?

Il convient de s’inquiéter à partir du moment où les secousses hypniques reviennent quotidiennement et entraînent des perturbations du sommeil. Il est alors conseillé de demander un avis médical. Le médecin pourra effectuer des examens complémentaires ou vous orienter vers un neurologue

En effet, les sursauts d’endormissement peuvent être des symptômes de troubles plus graves
Ils peuvent notamment cacher un syndrome d’apnée du sommeil. Les muscles se contractent lorsque les voies respiratoires sont bouchées. Cette obstruction entraîne une diminution du taux d’oxygène dans le sang et le cerveau envoie un signal pour réveiller le dormeur. 

Ils peuvent aussi révéler un trouble neurologique tel que la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson.

Enfin, les myoclonies sont parfois un effet secondaire de certains médicaments. Lorsque cela est possible, le médecin pourra adapter le traitement si les sursauts sont trop nombreux et deviennent gênants

Merci de donner votre avis post

☃️Ventes Hiver EMMA☃️ Matelas & literie jusqu'à -50% & -10% additionnels (code SOMMEIL10)

00JOURS: 00HEURES: 00MINS: 00SECS
J'en profite