Tout sur l’apnée du sommeil

Apnée du sommeil : symptômes à ne pas négliger

L’apnée du sommeil, intitulée également le syndrome d’apnées–hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) représente un trouble respiratoire. Ce dernier se manifeste lors du sommeil pendant la nuit, mais a également des répercussions, qui ont lieu au cours de la journée.

Plus précisément, il s’agit d’arrêts fréquents du flux respiratoire lors du sommeil. En général, ce trouble respiratoire est susceptible de s’étaler de 10 jusqu’à 30 secondes, voire plus dans quelques cas.

Quant aux autres symptômes ressentis au cours de la journée, nous pouvons évoquer : la fatigue lors du réveil, les maux de tête, le manque d’énergie…

Par ailleurs, la baisse de la libido, le manque de concentration et la bouche sèche représentent également des symptômes qu’il ne faut pas négliger.

Si vous souffrez de ce même problème, vous devez impérativement lire cet article, jusqu’à la fin ! 

Qu’est-ce que l’apnée du sommeil ? 

L’apnée du sommeil représente un syndrome qui provoque un arrêt respiratoire pendant la nuit, qui dure de 10 secondes jusqu’à 30 secondes. En outre, il faut noter que ce syndrome peut avoir lieu des dizaines de fois par heure. En d’autres termes, il s’agit d’une baisse d’oxygénation du sang. Plus précisément, ce trouble respiratoire repose sur un relâchement des muscles du pharynx, avec un blocage total ou partiel, sur le plan de la gorge, qui provoque une diminution du débit respiratoire(hypopnées). 

Cette diminution consiste à mesurer la saturation du sang en oxygène durant le sommeil. Toutefois, il est indispensable de noter que cette mesure doit être faite au sein d’un centre d’étude du sommeil, en passant une nuit là-bas.

Pour que la reprise ait lieu de nouveau, le corps fait appel aux micro-éveils. Appelé également, micro-réveils, il s’agit d’un mécanisme qui perturbe le sommeil, comme l’indique son nom. En effet, il s’agit de l’augmentation de l’effort respiratoire. Cette intervention qui cherche à mobiliser l’ensemble des réserves en oxygène, mène le muscle du cœur à travailler anormalement.

Par ailleurs, il faut noter que c’est une maladie respiratoire qui atteint différentes tranches d’âges, y compris les enfants.

La définition de ce syndrome, en termes de nombre de pauses respiratoires diffère d’un pays à un autre.

En effet, aux Etats-Unis, cinq apnées par heure suffisent pour confirmer qu’il s’agit du syndrome de l’apnée du sommeil. À l’encontre de cette considération, en France, on ne parle d’apnée que si le patient souffre d’arrêts respiratoires qui dépassent 10 fois tout au long d’une heure de sommeil. 

Quels sont les symptômes d’une apnée du sommeil ? 

En général, les patients atteints d’apnée du sommeil ne se rendent pas vite compte qu’ils sont atteints de ce syndrome ! En général, la personne atteinte est une grande ronfleuse. Passant une nuit terrible, en termes de ronflement, et de sommeil agité allant même jusqu’à la défaite des draps, le partenaire pourrait se rendre compte de ces symptômes et de les considérer anormaux.

Mis à part, le ronflement et le sommeil agité, nous pouvons également citer les symptômes suivants qui se manifestent au cours de la nuit :

  • Des réveils récurrents, en sursaut, mêlés à des sensations d’étouffement.
  • Des arrêts respiratoires fréquents.
  • Des sueurs.
  • Un besoin d’uriner plusieurs fois (la nycturie).

Par ailleurs, en dépit des symptômes qui ont lieu durant la nuit, le trouble du sommeil a plusieurs conséquences qui se manifestent durant la journée, c’est-à-dire diurnes.

  • Souvent, la personne qui souffre de ce syndrome se plaint d’une fatigue chronique, même lors de son réveil.
  • Une somnolence diurne
  • Des maux de tête.
  • L’irritabilité et des troubles d’humeur
  • Des problèmes de concentration et de mémorisation
  • Un manque d’énergie
  • Une baisse de la libido.
  • Une diminution du désir sexuel
  • Chez les hommes, il faut également noter des troubles de l’érection.

Ainsi, c’est parce que le sommeil a un effet réparateur, qu’il faut faire de son mieux pour améliorer sa qualité.

L’impact de l’apnée du sommeil

#1. Les accidents :

Étant donné que ce syndrome affecte directement, ce dernier a bel et bien plusieurs conséquences sur la santé à long terme.

En effet, un sommeil insuffisant et de mauvaise qualité engendre une somnolence diurne, qui peut causer plusieurs problèmes, notamment : les accidents.

Dans ce même sens, selon (Baromètre ASFA-association Prévention Routière 2018), 6 à 30 % des accidents de la route qui se produisent en France sont directement liés à la somnolence au volant.

#2. Les maladies cardiaques :

L’apnée du sommeil peut engendrer plusieurs problèmes cardiaques, notamment : l’insuffisance cardiaque, des accidents cardiovasculaires…

#3. Risque de diabète :

L’apnée du sommeil est susceptible de causer le diabète de type 2. En effet, la diminution de l’oxygène mène vers un taux de sucre sanguin élevé, ce qui peut provoquer une résistance à l’insuline.

#4. Problèmes d’hypertension artérielle :

Selon la fondation de recherche, 30 à 40 % des patients qui sont atteints d’hypertension artérielle souffrent d’apnées du sommeil, et vice-versa.

#5. Stéatose hépatique :

Il s’agit de la maladie du foie gras, qui peut être provoquée ou favorisée davantage, suite au syndrome des apnées obstructives du sommeil.

#6. Risque de dépression :

À long terme, l’apnée du sommeil peut engendrer la dépression, spécialement suite à l‘insuffisance et à la mauvaise qualité du sommeil, qui représente un élément clé du bon fonctionnement du mental.

#7. Risque de maladie d’Alzheimer :

Chez les patients atteints d’apnées du sommeil, la protéine bêta amyloïde s’accumule dans des régions du cerveau qui se rapportent à celles en relation avec la maladie d’Alzheimer.

Les traitements contre l’apnée du sommeil

L’apnée du sommeil est un syndrome qui peut être traité de différentes manières, selon l’intensité du syndrome et selon chaque patient.

1. L’appareil buccal :

appareil buccal apnee du sommeil

Dans quelques cas, en vue de réduire les apnées, le médecin peut prescrire un appareil buccal. En effet, c’est une sorte de gouttière, appelée également orthèse d’avancée mandibulaire moulée que le dentiste conçoit. Porté durant la nuit, et spécialement pendant le sommeil, cet appareil buccal permet un passage facile de l’air vers les narines, en poussant la langue ainsi que la mâchoire inférieure devant.

Cette solution est prescrite pour les patients qui souffrent d’une apnée légère à modérée et demandent un minimum d’efforts, en termes d’adaptation. Ces appareils sont surtout réservés aux personnes présentant. 

2. La médication :

C’est vrai que les différents médicaments existant dans les pharmacies, ne peuvent guérir l’apnée, mais il existe quelques-uns administrés pour soigner la source du problème. En effet, c’est bel et bien le principe de la médication. Comme nous l’avons déjà indiqué, la source peut se représenter dans le diabète, l’hypertension artérielle, les maladies cardiaques…

3. La ventilation à pression positive continue : 

La ventilation à pression positive continue

La ventilation à pression positive continue porte l’abréviation suivante : C.P.A.P. ou P.P.C. En effet, il s’agit de la meilleure méthode pour traiter l’apnée obstructive du sommeil

Ce traitement repose sur le fait de porter un masque, qui est joint à un appareil CPAP. Appelé également « générateur de débit », cet appareil consiste à assurer la présence de l’air en continu dans les voies respiratoires, en passant par le nez et la gorge.

Par ailleurs, il faut noter que cette technique est plus efficace par rapport à l’appareil buccal, et est utilisé dans les cas “difficiles”. 

4. La chirurgie :

Une fois que toutes les solutions sont en vain, la chirurgie demeure le dernier moyen. En effet, l’intervention chirurgicale peut être envisagée selon différentes facettes, notamment : la chirurgie du nez et des sinus, et celle pour la perte de poids. 

Toutefois, il faut noter que l’efficacité de ces opérations n’a pas encore été réellement prouvée.

À qui s’adresser lors d’épisodes d’apnée du sommeil ? 

Le diagnostic de l’apnée du sommeil repose sur deux tests essentiels, à savoir : la consultation médicale et le bilan du sommeil.

1- La consultation médicale : 

Il s’agit d’un diagnostic, où le patient doit préciser les symptômes qu’il ressent ou que ses proches lui ont décrits.

Ensuite, le médecin demande au patient de disposer un agenda du sommeil à remplir quotidiennement, en vue de préciser les horaires des symptômes de l’apnée du sommeil, qu’ils soient nocturnes ou diurnes.

En outre, le médecin essaie de faire le lien avec d’autres maladies, en relation directe avec ce syndrome, notamment : les maladies cardiaques, le diabète, l’hypertension artérielle…

2- Le bilan du sommeil :

Il s’agit d’une consultation médicale réalisée chez un médecin spécialisé qui prescrira des examens complémentaires, en vue de préciser si le patient souffre d’une apnée du sommeil.

En effet, l’examen le plus recommandé est le bilan du sommeil, qui est réalisé dans un centre du sommeil. Le patient doit passer là-bas toute la nuit, en vue de prendre l’ensemble des mesures nécessaires, tout en s’intéressant aux enregistrements techniques qui reposent sur deux techniques primordiales.

Dans un premier temps, il s’agit de la polygraphie ventilatoire nocturne. C’est une technique mobilisée tout au long de 6 heures, qui fait différentes mesures, notamment : le débit des narines inspiré et rejeté par les narines, les mouvements respiratoires …

Ensuite, nous avons la polysomnographie : Il s’agit d’une technique plus précise, par rapport à la première déjà étudiée.

En effet, la polysomnographie représente un examen complexe qui s’étale sur toute la nuit, ou sur un jour en entier (nuit plus journée).

En dépit de toutes les mesures assurées grâce à la première technique, ce deuxième ajouté l’analyse de la qualité du sommeil (détection d’arrêts respiratoires, fragmentation du sommeil, l’agitation durant le sommeil, la présence de micro-réveils), en étudiant les éléments suivants :

  • L’activité cérébrale
  • Les mouvements oculaires
  • Les mouvements des muscles des jambes ainsi que du menton

Les différents types d’apnées du sommeil 

Il existe trois types d’apnée du sommeil :

1 : Apnée obstructive du sommeil :

Ce type de syndrome consiste en un raccourcissement du pharynx, suite à un relâchement de ses muscles. En effet, ce rétrécissement bloque un passage complet et normal de l’air.

À son tour, ce type connaît deux genres d’obstruction :

  1. Une obstruction partielle : L’air passe dans les narines avec difficulté, ce qui provoque des ronflements.
  2. Une obstruction totale : Il s’agit d’une forme d’apnée compliquée, où l’air ne passe plus.

Cette obstruction totale fait appel à des micro-réveils, qui libèrent les voies respiratoires du patient, ce qui permet à ce dernier de respirer après normalement.

2: Apnée centrale du sommeil :

Cette forme d’apnée repose sur un dysfonctionnement de la commande respiratoire, au niveau du cerveau. C’est une forme rare, d’ordre neurologique, dans laquelle le cerveau n’envoie pas le signe aux muscles concernés pour se relâcher et permettre au patient de respirer correctement.

3: Apnée mixte :

Comme l’indique son nom, il s’agit d’une forme d’apnée qui joint à la fois les deux formes précédentes, déjà étudiées, à savoir : le syndrome d’apnée obstructive du sommeil, ainsi que l’apnée centrale du sommeil.

En général, cette forme d’apnée commence, dans un premier temps, par une apnée centrale. Puis, après une période déterminée, l’apnée obstructive s’associe au premier type.

Les astuces à suivre pour éviter de faire des apnées du sommeil

À long terme, l’apnée du sommeil, syndrome qui nuit à la qualité du sommeil, impacte la vie du patient en entier. Dans ce même sens, il s’avère extrêmement important de lutter contre ce dernier et d’essayer de l’éviter au maximum pour améliorer sa qualité de vie. Ainsi, nous allons proposer quelques astuces qui permettront d’éviter les apnées du sommeil.

L’activité physique :

Il faut savoir que l’activité physique est en relation directe avec la sédentarité. Ainsi, il est recommandé aux patients atteints de ce syndrome de bouger le maximum possible. Si vous prenez un moyen de transport pour vous déplacer à quelques mètres, essayez de faire la marche. Si vous êtes habitués à l’ascenseur, grimpez les escaliers !

Une bonne hygiène de vie se reflète sur la vie en entier, et sur le sommeil, en particulier !

La perte de poids :

Toujours dans la bonne hygiène de vie, il faut obligatoirement penser à contrôler son poids. En effet, une grande partie des personnes souffrant d’apnée sont obèses ou en surpoids.

L’obésité est un élément déclencheur de l’apnée, étant donné qu’il amasse la graisse sur les parois du pharynx. C’est cette accumulation qui provoque un blocage au niveau des voies respiratoires.

Ainsi, il s’avère nécessaire de garder la ligne et de rester dans les normes, en termes d’IMC (Indice de Masse Corporelle).

Éviter le tabac (surtout pendant la nuit)

Il est important de penser à arrêter de fumer, car le tabac est parmi les premiers facteurs responsables de l’inflammation des voies respiratoires, ce qui va aggraver davantage l’apnée chez le patient souffrant.

Éviter les somnifères et l’alcool :

Les somnifères provoquent un relâchement des muscles. Ainsi, les muscles de la langue et de la gorge sont contractés, ce qui peut augmenter le risque de sévérité de l’apnée. Ce même effet peut survenir suite à la prise de l’alcool, surtout pendant la nuit.

FAQ : Ce que les internautes se demandent 

L’apnée du sommeil, c’est quoi ?


Il s’agit d’une sorte d’étouffement ou d’un arrêt respiratoire qui dure de 10 jusqu’à 30 secondes, voire plus dans quelques cas.

En effet, c’est un syndrome qui empêche une bonne respiration, qui peut être due ou s’aggraver suite à plusieurs facteurs, dont : l’obésité, l’hypertension artérielle, le diabète…

Qu’est-ce que c’est l’apnée mixte ou complexe du sommeil ?

Il s’agit de l’association de l’apnée centrale et obstructive du sommeil.

1• L’apnée centrale du sommeil consiste en une omission de commande de respiration des muscles concernés, de la part du cerveau.

2• Quant à l’apnée obstructive, celle-ci repose sur le blocage des voies respiratoires, lors de la respiration.

Par ailleurs, il faut noter que l’apnée commence, dans un premier lieu, par la forme de l’apnée centrale.

Quelle est la durée requise pour s’initier à l’unité C.P.A.P ?


Généralement, les patients prennent entre une ou deux semaines pour s’initier à cette technique. Pour une habituation rapide, il s’avère extrêmement important d’apprendre à adapter le masque. Ainsi, il faut faire appel à son médecin ou au représentant de son fournisseur d’appareil C.P.A.P, pour plus d’informations et d’orientation.

Combien de temps faut-il pour ressentir une amélioration, après l’utilisation du C.P.A.P ?


Généralement, l’amélioration est ressentie d’une façon immédiate, après la première utilisation de cette technique.

Est-ce que le C.P.A.P contribue à la perte de poids ?


Il est très possible de perdre du poids, suite à l’utilisation de la technique C.P.A.P, étant donné que cette dernière permet d’augmenter et de booster l’énergie, suite à la bonne respiration. Ainsi, le patient pourra faire plusieurs activités, ce qui lui permettra de perdre du poids facilement.

Est-ce que ma pression artérielle va s’améliorer après l’utilisation du C.P.A.P ?


C’est très possible, mais il faut toujours se référer au médecin pour tout changement de médicament ou de dose.

En utilisant la technique du C.P.A.P, est-ce que je serai guéri et pourrais-je arrêter son utilisation dans le futur ?


Malheureusement, il s’agit d’un syndrome qui ne peut pas guérir. Toutefois, il y a une bonne nouvelle. L’apnée du sommeil pourra être bien contrôlée à long terme, avec l’utilisation du C.P.A.P.

Que faire au cas où votre partenaire doit utiliser le C.P.A.P ?


1•    Premièrement, il faut rassurer son partenaire et lui affirmer que c’est normal et que ça ne va guère changer leur relation ou son sentiment envers lui.
2•    Il faut encourager son partenaire à suivre le traitement correctement.
3•    Accompagner son partenaire lors de l’ensemble de ses rendez-vous avec le médecin ou les groupes de soutien pour lui montrer son soutien et son amour et l’accompagner dans toutes les phases de sa vie.
4•    Lorsque vous voyez votre partenaire en train de faire des efforts, notamment en termes d’activité physique ou d’essai de perte de poids, il faut l’encourager pour l’inciter à continuer.

À quel âge sommes-nous plus susceptibles de faire une apnée du sommeil ?


En effet, toutes les tranches d’âges peuvent être atteintes du syndrome de l’apnée du sommeil, y compris les enfants nés prématurément. 

Toutefois, il faut noter que ce syndrome est très récurrent chez les personnes âgées de plus de 65 ans, avec un pourcentage de 30 %.

Peut-on mourir d’apnée du sommeil ?


Une personne souffrant du syndrome d’apnée du sommeil de niveau sévère est plus sujette à une mort subite, avec un risque multiplié fois trois, par rapport aux personnes normales.

Étant donné que l’apnée du sommeil est susceptible d’engendrer des problèmes cardiaques; cette mort subite est généralement due à un arrêt cardiaque.

Comment repérer l’apnée du sommeil chez un enfant ?


Comme nous l’avons déjà étudié chez les adultes, il s’agit du même principe chez les enfants. L’apnée du sommeil chez les enfants se caractérise également par une obstruction partielle ou totale des voies respiratoires.

Ainsi, ce syndrome peut être repéré d’après les éléments suivants :

• L’enfant ronfle en émettant un son plus ou moins fort.
• Il éprouve un nombre important de sursauts ou de réveils nocturnes.
• Il a un sommeil agité, visible à travers le chamboulement de ses draps.
• Il souffre d’une transpiration excessive, en mouillant son oreiller.
• Il respire généralement à travers sa bouche, vu qu’il se sent asphyxié.
• Il ressent une fatigue considérable durant la journée, due à la mauvaise qualité de son sommeil.