Paralysie du sommeil : cause

Vous êtes vous déjà réveillé en pleine nuit, couché dans votre lit, incapable de bouger? Si oui, vous avez sûrement vécu une expérience de paralysie du sommeil.  Elle fait partie des troubles du sommeil qui font le plus peur. 

En effet, on entend et voit tout, mais n’a plus aucun tonus musculaire. Il lui est donc impossible de faire faire le moindre mouvement à son corps.  

Si de nombreuses personnes vivent au moins une expérience de paralysie du sommeil, chez certaines c’est régulier.  Vivre régulièrement des épisodes de paralysies peut être facteur de stress, qui à son tour engendrera d’autres troubles de santé.  

Qu’est-ce qu’une paralysie du sommeil? Quels sont les risques ? Quelle est la cause d’une ? Quel traitement existe-t-il? C’est ce que nous allons aborder dans la suite de cet article. 

Qu’est-ce que la paralysie du sommeil ?

La paralysie du sommeil fait partie des troubles du sommeil, au même titre que la narcolepsie par exemple. 

L’individu victime de cette expérience ne peut plus rien contrôler. En effet, ce dernier refuse de lui obéir. Il ne peut plus bouger du tout, ni parler. Même si elle continue de voir ou d’entendre au cours de l’épisode. 

Selon les individus cet état de paralysie peut durer de quelques secondes à quelques minutes. Il est fréquent qu’elles soient accompagnées d’autres troubles, comme des hallucinations

paralysie sommeil

Au cours de leur vie, 20% à 30% des Français feront l’expérience.  Elle est souvent facteur de préoccupation et d’effroi, elle n’en est néanmoins sans gravité.  En effet, la victime arrive toujours à reprendre le contrôle. Même si cela dure plusieurs minutes, il arrive toujours à reprendre le contrôle musculaire de son corps. 

Le fait de voir et d’entendre, sans pouvoir bouger, est le sentiment qui cause le plus d’angoisse.  Si les paralysies ne sont pas fréquentes, il n’y a pas lieu de s’alarmer. Si les épisodes sont réguliers, il est toutefois conseillé d’en parler à un professionnel de santé. Cela peut être le signe d’autres troubles, comme l’angoisse, un manque de sommeil, du surmenage…  De même, si elles s’accompagnent d’autres symptômes, comme des hallucinations, n’hésitez pas à consulter votre médecin. 

Qu’est-ce qui déclenche une paralysie du sommeil ?

Pendant la phase de sommeil paradoxal (celle avec les rêves) il y a généralement paralysie du corps. La glycine, un neurotransmetteur du cerveau, inhibe le tonus musculaire pendant cette phase de sommeil paradoxal.  

C’est ce qui donne cette impression de ne plus pouvoir bouger.  Même si notre cerveau est en éveil, notre être refuse de répondre. Nous sommes bloqués, immobiles, dans notre lit. 

Cependant, si cette paralysie continue après l’éveil, alors c’est là que le syndrome de paralysie du sommeil apparaît. 

La cause de cet évènement peut être multiple :

  • Le stress
  • Le surmenage
  • Un changement brutal de situation (perte d’un proche, déménagement, nouveau travail…)
  • Un manque de sommeil
  • Horaires de sommeil irréguliers 
  • La position sur le dos dans le lit peut aussi être facteur d’une paralysie du sommeil. 
  • La cause du syndrome peut être héréditaire. Si des membres de votre famille en souffrent, les chances de vivre des épisodes augmentent. 
  • La présence d’un syndrome de narcolepsie peut être facteur. C’en est l’un des diagnostics les plus connus, avec les hallucinations. 

Quand survient la paralysie du sommeil ?

S’il est normal de souffrir de paralysies pendant la phase de sommeil paradoxal, elle est anormale.  La phase de sommeil paradoxal est l’état pendant lequel nous faisons le plus de rêves le soir. Notre cerveau émet donc des neurotransmetteurs afin d’inhiber notre tonus musculaire. 

Ainsi, notre chair est comme paralysée sur le matelas. Si ceci est tout à fait normal dans la phase de sommeil, la paralysie ne doit pas continuer après l’éveil.  Si c’est le cas, alors vous êtes en train de vivre un épisode de paralysie du sommeil. 

Certains professionnels de santé pensent qu’il faudrait plutôt appeler la paralysie du sommeil, la paralysie de l’éveil. En effet, les paralysies surviennent généralement à la lisière entre l’éveil et le sommeil. Une personne victime de ces troubles emploie parfois le terme de “rêves éveillés”, ou “cauchemar éveillé”. Notamment pour décrire l’impression ressentie lors de ces évènements. 

En règle générale, cet état survient :

  • Pendant le sommeil paradoxal.
  • À la limite entre éveil et sommeil. 
  • Pendant l’endormissement.
  • Au réveil.

Cet état survient plus fréquemment lorsque vous êtes en manque de sommeil, ou lors d’un épisode d’anxiété

Comment se déroule une paralysie du sommeil ?

Généralement, l’individu est allongé sur le dos sur son matelas, dans son lit. Elle peut entendre et voir, elle a encore le contrôle musculaire de ces parties du corps. Mais elle n’a plus le contrôle sur le reste. 

Ses muscles refusent de bouger. D’où le terme de “rêves éveillés” que l’on entend parfois. Même si la plupart du temps une victime de ces troubles parle plutôt de cauchemar. 

Ces paralysies sont souvent accompagnées d’autres symptômes, notamment des hallucinations.  Elles varient d’un homme à un autre. Elles peuvent être auditives, ou visuelles. 

Comme dans la narcolepsie, qui est un autre des troubles du sommeil les plus connus. Pour rappel, la narcolepsie peut aussi être la cause d’épisodes.

Quiconque souffre de ces troubles évoquera souvent le sentiment de sentir une présence hostile près du lit.  Cette entité viendra généralement s’asseoir sur le matelas, à côté de la personne, ou directement sur son thorax. Il est fréquent que lors d’épisodes de paralysies, les victimes ressentent un effet d’étouffement. 

Elle s’explique souvent par ces hallucinations décrivant un être hostile qui fait pression sur leur thorax, les empêchant de respirer.  Cet effet d’étouffement découle principalement de l’inquiétude et de la tension qu’engendre cet effet de paralysie. 

paralysie sommeil

La personne peut aussi subir des hallucinations auditives, comme des bruits de pas qui approchent du lit.  Mais aussi des hallucinations dites kinesthésiques. Il s’agit notamment du sentiment de tomber du lit dans le vide, de sortir de son enveloppe charnelle. Mais cela peut aussi être l’effet de vibrer, comme si le lit et le matelas se mettaient à trembler. 

Au bout de quelques secondes, voire minutes, ces hallucinations s’arrêtent. L’individu redevient maître de son tonus musculaire.  Parfois cependant, l’horreur que cela recommence rend difficile l’endormissement. Après un épisode de paralysie, la victime peut souffrir d’autres troubles du sommeil, comme l’insomnie par exemple. 

Quels sont les risques de la paralysie du sommeil ?

Comme nous l’avons évoqué, après un épisode, quiconque peut avoir peur de se rendormir. D’effroi de vivre une nouvelle expérience pendant que vous dormez. Elle fait donc tout pour éviter l’endormissement. 

Cela conduit donc à un manque de sommeil. Ce manque de sommeil provoque de l’angoisse et des problèmes de santé. Qui eux-mêmes mènent à de mauvaises habitudes de sommeil. 

C’est un cercle vicieux, car le manque de sommeil est un facteur du syndrome de paralysie du sommeil. Or, en repoussant l’endormissement, la personne crée ce manque de sommeil, qui en retour cause une paralysie du sommeil.  À terme, cela perturbe votre santé, et peut provoquer un état de dépression

Il n’existe pas vraiment de risques physiques à proprement parler. Lors d’épisodes de paralysie du sommeil, la perception d’étouffement n’est pas liée à un problème physique. Elle survient à cause d’hallucinations, notamment celles liées à une compagnie hostile près du lit. 

La paralysie du sommeil cause plus souvent des troubles psychologiques. Elle peut mener à un état d’anxiété quand le soir arrive. Une phobie de l’endormissement. 

De l’insomnie. Lors d’une expérience, l’individu peut aussi ressentir une attaque de panique, liée au phénomène. 

Puisqu’il s’agit d’un phénomène perturbant et effrayant, ces paralysies sont souvent la cause d’autres troubles du sommeil et de santé.   Si les paralysies sont fréquentes chez vous, ou perturbent votre phase de sommeil, allez consulter un spécialiste. Il pourra vous aider à gérer l’angoisse liée à ce phénomène. Et peut-être découvrir la cause de cette paralysie du sommeil. 

Les astuces de la rédaction en cas de paralysie du sommeil

Rester calme

C’est le premier conseil que donnent les professionnels de santé. Pour faire face à un tel phénomène, vous devez rester calme. Bien sûr, cela est plus facile à dire qu’à faire. Lorsque l’on a la sensation d’être paralysé, et de sentir un être hostile près du lit, difficile de rester calme. 

Cependant, pour que l’état de paralysie passe plus vite, il est recommandé de garder son sang-froid. Rappelez vous qu’il ne s’agit que d’hallucinations créées par votre cerveau au crépuscule. C’est un cauchemar, une phase de rêves éveillés.

Concentrez-vous sur l’état de votre respiration. Vous pouvez tenter des techniques de relaxation si vous en connaissez. Pensez à des choses et des endroits agréables. 

Imaginez-vous hors de votre lit, dans un endroit calme. Vous devez occuper votre cerveau à autre chose, le temps que la phase s’estompe. 

Prendre de bonnes habitudes la nuit

Pour éviter au maximum le phénomène de paralysie, il faut créer un état de calme avant d’aller au lit. Le moment du coucher doit être un moment serein. Pour ce faire, vous pouvez créer des rituels qui vous apaisent, comme la lecture ou encore la méditation. Ainsi, vous facilitez la phase d’endormissement, et votre sommeil sera de meilleure qualité. 

Pour éviter ce phénomène, évitez également de vous coucher sur le dos. Privilégiez une position sur le côté, si cela est possible. Un manque de sommeil détruit la santé. En prenant de bonnes habitudes, vous ressentirez des effets positifs, aussi bien sur votre nuit que sur votre santé. 

Bien dormir aide à lutter contre de nombreux troubles, et diminue certains symptômes liés à ce phénomène. En établissant une routine nocturne qui vous apaise, normalement elles devraient disparaître. Si ce n’est pas le cas, la cause est ailleurs, il est conseillé de consulter. Vous pourriez souffrir d’un syndrome de narcolepsie

Pour un sommeil réparateur, évitez les écrans justes avant de dormir. La lumière bleue des écrans cause un mauvais endormissement, et un sommeil paradoxal non réparateur. 

Adopter un mode de vie sain

Pour apaiser les manifestations liées à ce phénomène, il est important d’adopter un mode de vie sain au quotidien.  Une mauvaise hygiène est facteur d’angoisse, ce qui influe sur l’état de votre sommeil. Et bien évidemment, cela peut mener à des affections plus graves. Si vous ne savez pas comment faire, vous pouvez toujours solliciter votre docteur. 

Mais il existe des gestes simples à mettre en place, qui peuvent aider à soulager tous ces troubles.  Pour adopter un mode de vie sain, veillez tout d’abord à votre alimentation. En effet, une mauvaise alimentation, en plus de nuire à votre santé, mais également à la qualité de votre phase d’endormissement.  Or, on le sait, c’est pendant l’endormissement, entre l’éveil et le sommeil paradoxal, que le phénomène se produit. 

Existe-t-il un traitement contre la paralysie du sommeil ?

S’il n’est pas mortel, le syndrome de paralysie du sommeil cause de nombreux effets négatifs sur la santé.  Pour l’instant, il n’existe pas de traitement médicamenteux pour ce syndrome. Cependant, il est possible d’agir sur les signaux qui accompagnent ce phénomène. 

Par exemple, pour lutter contre l’effet de l’anxiété, il est possible de faire une cure. Néanmoins, il est conseillé de ne rien prendre sans consulter votre généraliste au préalable. 

De même, pour les autres symptômes, comme la perception d’une présence hostile la nuit, il existe un remède. En effet, les hallucinations peuvent être contrôlées grâce à une cure médicamenteuse, qui doit être prescrite par un médecin. 

Pour la perception d’étouffement qui survient le soir lors de ce syndrome, elle est due à la panique. Un remède contre l’anxiété, qui en est la cause, peut permettre d’atténuer ces manifestations.  

Comme nous l’avons mentionné, c’est l’un des signes de la narcolepsie. Il peut être traité grâce à des médicaments. Encore une fois, ne prenez aucun médicament sans consulter auparavant un professionnel de santé. 

Pour rappel, il existe des moyens simples à mettre en place pour lutter contre les symptômes. Adoptez de bonnes habitudes de sommeil, et les signes avant-coureurs de ce cauchemar devraient disparaître. 

FAQ : ce que les internautes se demandent

Est-ce qu’on peut mourir de la paralysie du sommeil ? 

Si les manifestations de ce syndrome donnent le sentiment que l’on va mourir pendant qu’on dort, il n’en est rien.  Comme indiqué, il s’agit d’une impression. 
Rien de plus. Il est vrai que ce syndrome peut être perturbant, voire effrayant. Mais il est sans risque grave pour la santé.  
S’il est facteur d’une anxiété trop importante, ou autre, n’hésitez pas à voir un professionnel. Il pourra vous aider à lutter contre l’émoi de panique qui accompagne généralement ce syndrome.

Comment sortir de la paralysie du sommeil ? 

Pour que l’effet de paralysie passe rapidement, il est important de ne pas paniquer. Pensez à contrôler votre respiration. Répétez-vous que ce n’est qu’un sentiment. Que la sensation de contrôle va revenir. 
Le sentiment d’étouffement est un facteur de ce syndrome. Mais ce n’est que psychologique. Votre appareil respiratoire fonctionne parfaitement.
Les spécialistes conseillent de s’imaginer dans un endroit calme et serein. Il ne faut surtout pas essayer de forcer le réveil. Une crise ne dure tout au plus que quelques minutes, même si elle laisse penser qu’elle est plus longue. En gardant votre sang-froid, vous en sortirez plus vite. 
La panique est facteur de l’angoisse, ce qui renforce le choc d’étouffement, amplifiant la maladie. 

Comment éviter la paralysie du sommeil ? 

En adoptant un mode de vie sain, et de bonnes habitudes de sommeil, vous pourrez éviter ces épisodes.  Mais rappelez-vous qu’il est normal de vivre cette expérience lors de périodes de préoccupations intenses par exemple. Cependant, si cela est trop fréquent, ou à une influence néfaste sur vous, pensez à voir un docteur. Vous pourrez ainsi mettre le doigt sur la cause de ce phénomène, et réussir à l’éviter à l’avenir.