Nez bouché la nuit : comment réussir à s’endormir

Avoir le nez bouché la nuit se révèle bien souvent exaspérant. Difficultés d’endormissement, réveils nocturnes, insomnies… Être enrhumé peut réellement entraîner des troubles du sommeil. Par ailleurs, respirer par la bouche n’est pas sans conséquences. Les causes du nez bouché la nuit sont nombreuses. Si parfois un rhume, une allergie ou encore une sinusite nous empêche de respirer par le nez, ce phénomène physiologique se révèle parfaitement normal. À ce jour, aucun remède miracle n’existe contre le nez bouché. Cependant, des solutions peuvent vous aider à mieux dormir. Découvrez quelles sont les causes et symptômes du nez bouché la nuit ainsi que les remèdes et astuces à appliquer pour mieux dormir. 

Pourquoi j’ai le nez bouché la nuit ?

Les causes du nez bouché sont multiples.

1. Le cycle nasal

Au cours de la journée et de la nuit, la narine principale change alternativement toutes les deux heures environ. La muqueuse de chaque narine se congestionne et se décongestionne successivement. Autrement dit, pendant qu’une narine se gonfle, l’autre se dégonfle. C’est ce que l’on appelle le cycle nasal. On estime que nous respirons en moyenne 25 % d’un côté et 75 % de l’autre. 

Nez bouché

La plupart du temps, ce phénomène passe inaperçu, sauf la nuit, en particulier si nous dormons sur le côté. En dormant sur le côté gauche par exemple, une congestion plus importante se produira dans la narine inférieure (droite) par effet de gravité. Si c’est alors la narine gauche qui est naturellement la plus congestionnée, on peut avoir la sensation que les deux narines sont bouchées et donc ressentir une gêne respiratoire.

2. Les allergies

Les allergies susceptibles de provoquer une congestion nasale sont multiples : allergie aux acariens, au pollen, aux poils d’animaux, rhume des foins, etc. Les symptômes allergiques peuvent s’intensifier pendant la nuit. Laisser les animaux entrer dans la chambre à coucher, oublier d’aérer, ne pas changer les draps régulièrement sont par exemple des facteurs aggravants. Si vous êtes allergique, pensez à adopter certaines habitudes. Nous y reviendrons un peu plus tard.

3. La sinusite

Les sinus correspondent à des cavités habituellement remplies d’air. Une inflammation des sinus (ou sinusite) peut engendrer un accroissement de la quantité de mucus à l’intérieur des sinus. Celui-ci s’emmagasine ainsi dans les voies nasales supérieures, ce qui bouche le nez. La sinusite est la plupart du temps d’origine microbienne, mais peut aussi être chronique. Le nez bouché s’accentue parfois en fonction de votre position de sommeil.

4. L’obstruction nasale anatomique

Il arrive que des polypes viennent obstruer les voies nasales. Ces petites excroissances de chair peuvent être présentes d’un ou des deux côtés. Elles peuvent faire suite à une infection chronique. Il se peut également que les os du nez soient déviés après un choc, un coup ou une chute. Les voies nasales peuvent alors être bloquées.

Nez bouché la nuit : les solutions possibles

Conseils simples avant de se coucher

Certaines astuces peuvent vous aider à lutter contre le nez bouché la nuit :

  • Éviter de se moucher trop souvent : le fait de se moucher peut irriter les sinus. Si vous avez le nez qui coule, essuyer délicatement votre nez avec un mouchoir. Si nécessaire, soufflez doucement, une narine après l’autre ; 
  • Boire beaucoup d’eau : boire permet de décongestionner le nez. En cas de rhume, il est recommandé de boire 2,75 litres d’eau pour les femmes et pour les hommes, environ 3,5 litres d’eau ;
  • Surélever votre tête dans votre lit : par effet de gravité, la position allongée aggrave la sensation de nez bouché. Glisser un second coussin sous votre oreiller vous aide alors à mieux respirer et améliore votre sommeil ; 
  • Éviter de boire de l’alcool après 14 h : l’alcool peut provoquer des irritations des voies respiratoires chez certaines personnes et ainsi engendrer des écoulements nasaux, un nez bouché, des éternuements, etc. ;
  • Utiliser du sérum physiologique avant d’aller dormir : diffuser du sérum physiologique ou un spray à l’eau de mer permet de fluidifier le mucus et de libérer les voies nasales ;
  • Manger des bonbons à la menthe : le menthol ne débouche pas le nez, mais participe à décongestionner les voies nasales et améliorer la respiration. Par ailleurs, il soulage les maux de gorge et calme la toux. 
Nez bouché la nuit

Traitements naturels

L’aromathérapie peut également s’avérer efficace pour dégager les voies respiratoires. Les huiles essentielles peuvent être inhalées dans un bol d’eau chaude, appliquées sur un mouchoir ou sur l’oreiller ou encore diffusées dans la pièce grâce à un diffuseur d’huiles essentielles

  • Les huiles efficaces pour dégager le nez sont par exemple : 
  • L’huile essentielle de ravintsara : elle possède des propriétés anti-infectieuses, antivirales, antibactériennes, expectorantes et mucolytiques. Elle aide donc à fluidifier le mucus et à dégager le nez ;
  • L’huile essentielle de menthe poivrée : elle permet de décongestionner les voies respiratoires et dégage les sinus 
  • L’huile essentielle de thym : elle offre des bienfaits expectorants, antibactériens et antiviraux ; 
  • L’huile essentielle de niaouli : elle est à la fois mucolytique, expectorante et antivirale ;
  • L’huile essentielle d’eucalyptus : elle soulage les gênes respiratoires et dégage le nez.

Les huiles essentielles nécessitent de grandes précautions. De plus, elles ne conviennent pas aux enfants de moins de 6 ans ainsi qu’aux femmes enceintes et allaitantes. N’hésitez pas à demander conseil à un spécialiste afin d’éviter tout risque sur votre santé. Vous pouvez vous renseigner sur l’alimentation et le sommeil afin d’avoir un meilleur endormissement.

Traitements médicamenteux

Il existe plusieurs types de traitements destinés à dégager le nez bouché : 

  • Les antihistaminiques : ils ont pour effet d’assécher le mucus ;
  • Les médicaments contre le rhume : ils se présentent le plus souvent sous forme de gélules ou de comprimés et contiennent généralement un décongestionnant ;
  • Les médicaments contre la fièvre et les maux de tête provoqués par le rhume ou la grippe : il s’agit la plupart du temps du paracétamol, de l’aspirine ou de l’ibuprofène. Bien que sans ordonnance, ces médicaments doivent être pris avec précaution. Demander l’avis de votre médecin ou de votre pharmacien avant de commencer un traitement ;
  • Les solutions de lavage nasal : les solutions d’eau de mer et le sérum physiologique permettent de nettoyer et de dégager les voies nasales ;
  • Les solutions pour inhalations : souvent à base d’huiles essentielles, elles aident à déboucher le nez et à décongestionner les voies respiratoires ;
  • Les solutions décongestionnantes : traitement de courte durée et uniquement sur ordonnance, ce type de traitement peut avoir des effets secondaires ;
  • Des solutions anti-inflammatoires : à base de corticoïdes, elles sont prescrites par un médecin sur une durée limitée ; 
  • Les traitements à base de soufre : le soufre permettrait de protéger la muqueuse nasale. Il est le plus souvent préconisé pour soulager des rhinopharyngites chroniques.

FAQ – Nez bouché la nuit

Où appuyer pour se déboucher le nez ?

Les médicaments ne suffisent pas toujours pour dégager les narines. Un geste simple peut toutefois vous aider à déboucher le nez. Il consiste à appuyer fermement entre les sourcils avec le pouce durant 30 secondes tout en appuyant sur le palais avec la langue. Cette astuce entraîne une vasoconstriction nasale et dégage le nez.

Comment soulager le nez bouché d’un bébé ?

Jusqu’à l’âge de 2-3 ans, un bébé ne parvient pas à se moucher seul. Lorsqu’il a le nez bouché, il est donc important de le soulager. Avant ses 6 mois, le sérum physiologique est le seul produit adapté au nez bouché de bébé.
À partir de 6 mois, il est possible d’utiliser un spray d’eau de mer doux sans vasoconstricteur. Ces derniers peuvent avoir des effets secondaires importants chez les tout-petits et ne sont habituellement pas recommandés avant l’âge de 15 ans. Dans le doute, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Respirer avec la bouche est-il dangereux ?

La respiration nasale est la respiration physiologique. En cas de nez bouché, il devient parfois nécessaire de respirer par la bouche. La respiration buccale n’a pas de graves conséquences si elle s’installe seulement le temps d’un rhume ou d’un épisode allergique par exemple. Par contre, une respiration buccale chronique peut avoir certaines répercussions sur la santé de l’adulte comme de l’enfant, parmi lesquelles : 
De la fatigue : respirer par la bouche nuit à la qualité du sommeil, car cela empêche d’entrer en phase de sommeil profond ;
Des cernes qui ne sont pas dus à la fatigue, mais à l’absence d’oxygénation des capillaires du nez ;
Plus d’infections comme des otites, des angines ou des rhumes.

Merci de donner votre avis post