Insomnie chronique : Comment réussir à se rendormir ?

Régulièrement qualifiée de « mal du siècle », l’insomnie chronique a souvent de graves répercussions sur la santé et la qualité de vie des personnes qui en souffrent. Fatigue chronique, problèmes de concentration, baisse de vigilance, dépression ou encore troubles cardiovasculaires figurent parmi ses effets et conséquences les plus courants. Elle peut avoir des causes physiques ou psychologiques qui se révèlent parfois difficiles à identifier. Heureusement, des solutions existent pour retrouver un sommeil de qualité. Quels sont les facteurs d’insomnie ? Comment se manifeste-t-elle ? Et comment retrouver un sommeil réparateur ? Zoom sur l’insomnie chronique et les solutions pour retrouver le sommeil.

Insomnie chronique: définition

L’insomnie désigne une qualité ou une quantité de sommeil insuffisante. Elle se traduit par des troubles du sommeil comme des réveils nocturnes, des difficultés d’endormissement, des réveils précoces qui peuvent apparaître à tout âge. Ces troubles s’accompagnent d’une fatigue et de l’impression d’un manque de sommeil. Il peut en résulter des problèmes de concentration, une diminution de la vigilance, de la fatigue, de l’irritabilité, une somnolence diurne, etc. 

Insomnie chronique

Ces symptômes ont des conséquences sur la santé ainsi que la vie sociale, personnelle et professionnelle des personnes insomniaques. De plus, plusieurs études ont montré que l’insomnie aggraverait les symptômes de certaines maladies comme la dépression, l’hypertension ou certaines douleurs chroniques

Les insomnies transitoires (ou ponctuelles) sont fréquentes et, dans la plupart des cas, ne donnent pas lieu de s’inquiéter. Elles surviennent habituellement lors d’une situation anxiogène ou sont associées à un comportement perturbant : période de stress ou de déprime, consommation excessive d’alcool, prise d’excitant, repas trop riche, douleur physique, etc.

Par contre, quand le trouble de l’insomnie apparaît au moins trois fois par semaine durant au minimum trois mois, on parle alors d’insomnie chronique. Dans ce cas, la mise en place de nouvelles habitudes de sommeil ou un changement d’environnement ne suffisent pas à retrouver un sommeil réparateur.  

Insomnie chronique: les symptômes

Les symptômes de l’insomnie se manifestent pendant la nuit par des troubles du sommeil, mais aussi durant la journée. Ils viennent ainsi perturber la santé, le travail et la vie personnelle de la personne. 

Durant la nuit, les insomniaques chroniques rencontrent généralement :

  • des difficultés d’endormissement ; 
  • des éveils nocturnes parfois associés à un temps d’endormissement supérieur à 30 minutes ;
  • des réveils trop précoces ;
  • un sommeil léger ; 
  • un sommeil de mauvaise qualité ;
  • une peur du sommeil (ou somniphobie). 

Durant la journée, il en résulte le plus souvent : 

  • de la fatigue ;
  • des troubles de l’humeur (irritabilité) ; 
  • des difficultés de concentration ; 
  • des problèmes de mémorisation ;
  • une diminution de la vigilance qui peut occasionner un véritable danger pour la conduite notamment ;
  • une baisse des performances professionnelles ou scolaires ;
  • un isolement social ;
  • une somnolence pendant la journée ;
  • un manque de motivation ;
  • des maux de tête ;
  • du stress et de l’anxiété ;
  • une dépression.

Il n’est pas rare que l’insomniaque développe une angoisse au moment d’aller au lit. En effet, le fait de ne pas réussir à s’endormir peut créer un stress chez la personne au moment du coucher. Cette crainte nourrit alors l’insomnie et entraîne la personne dans un cercle vicieux.

Il est important de consulter son médecin avant que l’insomnie ne s’installe, car ses effets peuvent être dévastateurs pour la santé mentale et physique. De plus, une dette importante de sommeil peut entraîner une fatigue intense et créer de réels problèmes dans la vie sociale, professionnelle et personnelle de la personne. Elle est aussi un facteur aggravant de certaines maladies comme la dépression, l’obésité, les maladies cardiovasculaires, etc. 

Enfin, notez qu’un court dormeur, c’est-à-dire une personne qui n’a pas besoin de dormir plus de 6 heures par nuit, ne sera pas concerné par ces symptômes

Quelles sont les causes de l’insomnie chronique?

1. Les causes physiques

Certaines maladies chroniques ou perdurant sur le long terme favorisent les insomnies et l’apparition des troubles du sommeil : 

  • L’apnée du sommeil : elle s’accompagne généralement de ronflements et d’une fatigue chronique ;
  • Le reflux gastro-œsophagien : la position allongée favorise les remontées acides ;
  • Le syndrome des jambes sans repos (ou impatience) : il correspond au besoin irrépressible de remuer les jambes lorsqu’elles sont au repos ;
  • Les maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson) ;
  • Les symptômes allergiques (rhinites, démangeaisons, toux, éternuements, etc.) ;
  • Les affections respiratoires : l’asthme nocturne a notamment tendance à perturber le sommeil, car il engendre une toux et des difficultés à respirer ; 
  • Certaines maladies chroniques (diabète, arthrose, rhumatismes, hyperthyroïdie, etc.).

L’insomnie chronique peut être la conséquence d’un problème grave de santé. Il est donc essentiel de consulter un médecin si celle-ci perdure. Le professionnel de santé recherchera une origine médicale grave après avoir éliminé les facteurs psychologiques et d’ordre hygiénique et diététique. 

Chez les femmes, les bouffées de chaleur liées à la ménopause peuvent aussi provoquer des insomnies. C’est aussi le cas de la grossesse à cause des perturbations hormonales et de l’inconfort qui l’accompagnent, mais aussi des mouvements du bébé, de l’envie fréquente d’uriner, etc. 

Insomnie

2. Les causes psychologiques

La cause de l’insomnie chronique est la plupart du temps psychologique. Elle peut revêtir la forme de différents troubles du sommeil en fonction de son origine. L’insomnie causée par le stress et l’anxiété, par exemple, se situe habituellement en début de nuit. Le stress entraîne la sécrétion de cortisol qui maintient l’éveil et accroît notre niveau d’énergie, notre vigilance et notre attention. Il en résulte une difficulté d’endormissement. 

La dépression est un autre facteur courant d’insomnie chronique. Un réveil trop précoce constitue l’un des symptômes de la dépression. Il est alors habituellement associé à une difficulté à se rendormir.

L’insomnie fait également partie des symptômes liés aux troubles bipolaires. Lors des phases maniaques, elle est régulièrement associée à une hyperactivité. 

Un surmenage au travail peut également causer une insomnie chronique. La personne se sent débordée et ne parvient pas à se détendre. Plusieurs autres symptômes font aussi leur apparition : fatigue intellectuelle persistante, somnolence sur la journée, stress, etc. 

La somniphobie est une autre cause psychologique d’insomnie chronique. Elle désigne la peur panique de s’endormir. Elle se manifeste généralement à l’heure du coucher et peut avoir plusieurs origines : 

  • traumatisme (cambriolage, agression) ;
  • peur de faire des cauchemars ; 
  • crainte de perdre le contrôle ;
  • angoisse de mourir durant le sommeil, si la personne soufre d’une maladie grave par exemple (cancer, problème de cœur, apnée du sommeil, etc.).

3. Les autres facteurs qui entraînent l’insomnie chronique

L’hygiène de vie et les mauvaises habitudes de sommeil sont souvent à l’origine d’une insomnie chronique. Les causes favorisant des troubles du sommeil sont notamment :

  • Les écrans en soirée : la lumière bleue empêche la production de mélatonine (l’hormone du sommeil) par le cerveau, ce qui entraîne un dérèglement du cycle circadien et du rythme du sommeil ;
  • L’alcool : s’il peut faciliter l’endormissement, il provoque des réveils nocturnes associés à un sommeil peu réparateur ;
  • Les excitants : le café et le thé sont à éviter en fin de journée ;
  • les repas trop copieux le soir : les aliments trop riches entraînent une digestion longue et créent une production de chaleur importante. Ces deux facteurs engendrent des difficultés à s’endormir, un sommeil léger et des éveils nocturnes ;
  • l’absence ou le manque de pratique physique : le sport aide à réguler le cycle du sommeil ;
  • la prise de médicaments : l’insomnie chronique peut constituer un effet secondaire de certains traitements. Il est important de consulter un médecin pour remplacer le traitement ou trouver une solution adaptée ;
  • un environnement bruyant (voisinage, appareils électroménagers, télévision, etc.) : si aucun aménagement n’est possible pour adapter l’environnement, des bouchons d’oreilles peuvent se révéler efficaces contre le bruit.

L’insomnie chronique: les traitements possibles

Dans un premier temps, lorsque cela est possible, il est préférable de privilégier une prise en charge non médicamenteuse. En général, cela commence par une suppression des mauvaises habitudes et par l’adoption d’un comportement favorisant l’endormissement. Le recours aux médicaments ne doit être envisagé que si les autres solutions n’ont pas donné de résultats chez les patients

1. Des traitements particuliers

Plusieurs solutions non médicamenteuses sont efficaces pour traiter l’insomnie. C’est notamment le cas de la thérapie cognitivo- comportementale. Cette approche consiste à modifier les schémas de pensée et les comportements inadaptés à l’origine de l’insomnie. L’objectif de la thérapie est de retrouver un état de détente propice à l’endormissement au moment du coucher

Le neurofeedback (ou biofeedback) est également expérimenté pour mettre fin aux insomnies. Le patient se sert de l’électroencéphalogramme (EEG) pour suivre l’activité de son cerveau et apprendre à intégrer petit à petit des ondes qui facilitent le sommeil.

La stimulation magnétique transcrânienne (TMS) constitue une autre piste. Elle sert à analyser les fonctions de différentes zones du cerveau de la personne saine ou insomniaque. Cette technique, déjà utilisée pour traiter certaines maladies (douleurs chroniques, épilepsie), provoque des modifications ponctuelles de l’activité électrique du cerveau et pourrait agir sur les cycles du sommeil

2. Traitements naturels

Il existe de plus des remèdes naturels qui aident à retrouver le sommeil. La phytothérapie peut notamment vous aider à vous relaxer et à retrouver un sommeil réparateur dans le cas d’insomnies légères. Prises sous forme de tisanes ou de comprimés, les plantes favorisant la détente et le sommeil sont entre autres : 

  • La passiflore : calme le stress et privilégie un sommeil réparateur ; 
  • La valériane : favorise la détente ;
  • L’aubépine : apaise les palpitations cardiaques et réduit l’anxiété ; 
  • Le houblon : a un effet sédatif et apaisant.

L’aromathérapie peut également aider à lutter contre les troubles du sommeil. Les huiles essentielles de lavande, de camomille ou encore de marjolaine sont recommandées pour retrouver le sommeil. Certains aliments favorisent le sommeil, ainsi qu’un endormissement plus facile.

3. Traitement médicamenteux

Les médicaments ne sont prescrits par un médecin qu’en cas d’insomnie chronique sévère et lorsque les autres solutions s’avèrent inefficaces. Ils complètent les thérapies comportementales et cognitives dans le cadre d’une prise ne charge médicale complète. 

Les traitements médicamenteux contre l’insomnie regroupent les somnifères (ou hypnotiques). Il s’agit des benzodiazépines (anxiolytiques), antihistaminiques, antidépresseurs, hypnotiques de nouvelles générations. Le médecin déterminera le traitement adapté en fonction des origines de l’insomnie et de la nature des troubles

Ce type de traitement doit idéalement être pris sur une courte période. La durée du traitement ne dépasse généralement pas 2 à 3 semaines. Dans le cas contraire, ils entraînent un risque de dépendance. Ils présentent par ailleurs des effets secondaires importants et ne se révèlent pas toujours efficaces. 

FAQ – Insomnie chronique

La mélatonine est-elle efficace contre l’insomnie ?

La mélatonine (ou hormone du sommeil) est sécrétée par le cerveau afin de nous indiquer qu’il est l’heure pour nous d’aller dormir. Cette fonction physiologique est régulée par l’horloge biologique. Il arrive que les cycles du sommeil soient déréglés à cause d’habitudes de sommeil inadaptées, d’une mauvaise hygiène de vie ou d’un décalage horaire. Ces perturbations engendrent des difficultés d’endormissement ou un réveil difficile
Un complément alimentaire à base de mélatonine peut alors s’avérer efficace pour permettre à l’organisme de retrouver son rythme biologique naturel. Plusieurs études ont notamment montré que la mélatonine à libération prolongée aide à diminuer le temps d’endormissement. Une cure de mélatonine de 3 semaines peut ainsi aider à retrouver un rythme de sommeil adapté. Le complément doit être pris le soir quotidiennement à une heure régulière en fonction de l’heure d’endormissement désirée.

Quand faire appel à un médecin en cas d’insomnie chronique ?

Lorsque le trouble de l’insomnie perdure, il est essentiel de ne pas la laisser s’installer sur la durée. Une consultation chez le médecin devient nécessaire à partir du moment où l’insomnie chronique a des répercussions gênantes sur la journée : fatigue, irritabilité, difficulté de concentration, baisse de vigilance, etc.

Merci de donner votre avis post
Soldes d’été Emma jusqu’à -50% + 10% suppl. avec SOMMEIL10
00JOURS: 00HEURES: 00MINS: 00SECS
J'en profite