Démangeaisons nocturnes : définition, causes et traitements

Aussi appelées « prurits », les démangeaisons nocturnes procurent une sensation déplaisante qui incite la personne à se gratter de façon plus ou moins intense. Un prurit nocturne ne dure généralement pas. Il arrive cependant que les démangeaisons perdurent et aient de graves conséquences sur la santé et le bien-être de l’individu. D’une part, un grattage répété laisse des séquelles cutanées. Les démangeaisons entrainent d’autre part des troubles du sommeil qui ont un impact négatif sur la vie quotidienne. Stress, fatigue, perte de vigilance… Les symptômes liés au manque de sommeil sont multiples. Définition, causes et solutions, nous faisons le point. 

Les démangeaisons nocturnes, de quoi s’agit-il?

démangeaison nocturne

Prurit: définition

Le prurit se caractérise par une sensation de démangeaison au niveau de la peau, du cuir chevelu ou des muqueuses. Il se manifeste par une envie impérieuse de se gratter. Il peut être localisé ou s’étendre à tout le corps. Une peau lésée peut être à l’origine d’un prurit, mais il est aussi susceptible de survenir en l’absence de blessure ou d’inflammation. Dans ce cas, on parle de prurit « sine materia ».

Tout le monde ressent au quotidien des démangeaisons. Elles sont la plupart du temps bénignes. Un prurit est problématique lorsqu’il est pathologique. C’est-à-dire quand le grattage provoque des lésions cutanées ou qu’il perturbe le sommeil et la vie de tous les jours. 

Quand les démangeaisons surviennent pendant la nuit, on parle de « prurit nocturne » ou de « démangeaisons nocturnes ». Lorsqu’elles s’éternisent, elles doivent être prises au sérieux, car elles peuvent causer des insomnies. La personne subit alors les conséquences du manque de sommeil : problèmes de concentration, anxiété, fatigue, baisse de la vigilance, etc.

À noter, par ailleurs, il arrive que le dormeur se gratte pendant son sommeil sans s’en rendre compte et se réveille avec des lésions sur la peau

D’où vient l’envie de se gratter ?

Toute la surface de la peau est dotée de terminaisons nerveuses. Il s’agit des parties terminales des nerfs à l’origine des différentes sensations cutanées. Ces dernières sont transmises au cerveau par le biais de fibres nerveuses qui parcourent la moelle épinière par les faisceaux spino-thalamiques. La production d’histamine par les globules blancs est souvent impliquée dans les démangeaisons

Les zones du cerveau activées en cas de prurit sont les zones émotionnelle, sensorielle et motrice. L’activation des zones motrices prouve que le besoin de se gratter est directement lié à la sensation de démangeaison.

Le grattage va amplifier le prurit. Il arrive ainsi fréquemment que les démangeaisons persistent même si leur cause a été éliminée. Un cercle vicieux bien connu s’installe alors : plus l’on se gratte, plus l’on ressent le besoin de se gratter. 

Les différentes causes de démangeaisons impactant la santé

Démangeaisons nocturnes

Les démangeaisons nocturnes avec lésions cutanées

Les démangeaisons nocturnes peuvent être causées par des maladies dermatologiques ou une lésion cutanée. La lésion doit être analysée par un médecin pour pouvoir diagnostiquer la cause du problème. 

Plusieurs facteurs peuvent engendrer un prurit : 

●     l’urticaire : c’est une éruption cutanée qui se présente sous la forme de papules (ou plaques) de couleur rouge ou rosée à la surface du derme. Elle peut être provoquée par des allergies, des piqûres d’insectes ou de plantes (orties par exemple), les frottements, la chaleur, l’effort, etc. ;

●     une mastocytose cutanée : elle se caractérise par des nodules ou des plaques marrons qui démangent. Elle survient quand une quantité trop importante de cellules immunitaires (mastocytes) se trouve dans les tissus. Lorsque la personne frotte la lésion, un érythème apparaît ;

●     un prurigo strophulus : il est surtout observé chez l’enfant et prend la forme d’une éruption cutanée, souvent la conséquence d’une réaction allergique aux acariens notamment. Chez l’adulte, on parle de « prurigo nodulaire » ;

●     la varicelle : cette maladie infantile se manifeste généralement par de la fièvre et l’apparition de boutons qui forment peu à peu des cloques ; 

●     un eczéma de contact : provoqué par le contact de la peau avec un allergène, il se caractérise par la présence de plaques rouges localisées, irrégulières et sèches ;  

●     une dermatite atopique ;

●     etc.

Les démangeaisons nocturnes sans lésions cutanées

Dans certains cas, les démangeaisons n’ont pas de raison apparente. La peau ne présente aucune lésion. Le prurit nocturne sans lésions cutanées est très fréquent chez les femmes enceintes qui traversent de nombreux bouleversements hormonaux et chez les personnes âgées. Hormis ces cas spécifiques, il peut être provoqué par de nombreux facteurs, tels que : 

●     la prise de certains médicaments dont les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les oestroprogestatifs, les androgènes, les antiépileptiques, etc. ;

●     les problèmes de thyroïde (hypothyroïdie et hyperthyroïdie) ;

●     une insuffisance rénale chronique ; 

●     une leucémie lymphoïde ;

●     le diabète : il provoque surtout des paresthésies nocturnes, c’est-à-dire des sensations de fourmillements ; 

●     la maladie de Hodgkin ;

●     les cancers du foie et du pancréas ;

●     la présence d’un parasite interne : la parasitose peut migrer sur les tissus ;

●     la cholestase (ou rétention de sels biliaires) ; 

●     certaines pathologies neurologiques (zona, sclérose en plaques, etc.) ;

●     des changements importants de température ;

●     l’exposition à des agents irritants (laines de verre, certains végétaux, produits chimiques, etc.) ;

●     le stress et l’anxiété. 

Un prurit nocturne peut donc être le signe d’une pathologie grave. S’il perdure, il est essentiel de consulter un médecin, même si votre peau n’est pas lésée.

Les traitements et médicaments envisageables contre les prurits

traitements contre prurits

Il convient en premier lieu d’identifier l’origine du prurit nocturne afin de pouvoir traiter la cause. Certains médicaments peuvent par ailleurs aider à soulager les démangeaisons :

●     les antihistaminiques : ils n’apaiseront pas directement les démangeaisons, mais peuvent diminuer leurs répercussions sur le sommeil. C’est le cas de la doxépine et de l’hydroxyzine dont l’action antihistaminique est associée à un effet somnifère ;

●     les dermocorticoïdes : ils aident à atténuer les démangeaisons dues aux lésions provoquées par le grattage ; 

●     les traitements locaux (crèmes topiques) ; 

●     un produit émollient, c’est-à-dire qui hydrate et assouplit la peau ; 

●     la rifampicine ou la cholestyramine, si le prurit est provoqué par une cholestase hépatique ; 

●     les psychotropes (dans certains cas spécifiques) ; 

●     certains antiépileptiques (gabapentine, prégabaline) ; 

●     la puvathérapie : traitement par les Ultra-Violets (UV).

Les démangeaisons durant la nuit font partie des effets secondaires de certains médicaments. Il peut alors être pertinent d’arrêter le traitement avec l’accord du médecin. 

Enfin, les prurits ont des causes très variées et impactent votre santé de manières diverses. Votre médecin généraliste pourra vous orienter vers un spécialiste (dermatologue, oncologue, psychiatre, etc.). Ce dernier sera en mesure de vous prescrire un traitement adapté en fonction de l’origine des démangeaisons nocturnes.

5 pratiques efficaces pour apaiser les démangeaisons nocturnes

pratiques pour apaiser démangeaisons

1- Protéger votre peau de la déshydratation

La sécheresse cutanée constitue l’un des principaux facteurs de démangeaisons nocturnes. Il est donc essentiel de bien hydrater sa peau au quotidien afin de prévenir et de calmer les prurits. 

Tout d’abord, assurez-vous de vous hydrater régulièrement au cours de la journée. Évitez toutefois de boire trop d’eau le soir, juste avant d’aller au lit. Vous risquez de vous lever plusieurs fois la nuit pour vous rendre aux toilettes. 

Pour calmer les irritations, utilisez une crème hydratante à l’heure du coucher. Appliquez-la sur la zone qui vous démange. Préférez une crème de qualité, à base d’ingrédients naturels. Les composants issus de la pétrochimie ont un effet néfaste sur l’environnement et sont le plus souvent moins efficaces. 

Appliquée au quotidien, une cold-cream permet d’hydrater efficacement la peau et de lutter contre les prurits provoqués par une peau sèche. Si vous recherchez une solution 100 % naturelle, vous pouvez également utiliser de l’huile d’amande douce pour atténuer les sensations désagréables. Cette huile végétale hydrate la peau et possède une action apaisante et anti-inflammatoire.

2- Recourir à des topiques spécial démangeaisons cutanées

Appliqué localement, un topique vous aidera à calmer les démangeaisons et à hydrater votre peau. Une crème anti-démangeaisons a un effet apaisant et émollient sur les peaux irritées. Elle permet aussi de réduire les inflammations et les rougeurs. 

Privilégiez pour cela des produits contenant des ingrédients naturels dont les propriétés calmantes sont reconnues : 

●       l’huile d’amande douce : apaisante, hydratante et anti-inflammatoire ; 

●       l’huile de jojoba : réparatrice, nourrissante et calmante ; 

●     le miel de Manuka avec sa vertu cicatrisante ; 

●       etc. 

Les peaux atopiques devront privilégier les huiles végétales et les soins adaptés, comme un gel douche ou un savon surgras pour se laver. Ce type de peau est en effet très sensible. Elle est sujette aux réactions allergiques qui se manifestent par un prurit, la formation de plaques rouges ou de l’eczéma.

3- Déstresser avant de vous coucher

Un prurit nocturne résulte couramment du stress. Diminuer l’anxiété au quotidien, et en particulier le soir, permet d’apaiser les démangeaisons. Plus facile à dire qu’à faire ! Néanmoins, certaines habitudes peuvent vous aider à réduire le stress

Vous pouvez par exemple pratiquer une séance de médiation ou de relaxation avant de vous coucher. Mettre en place une routine du soir avant d’aller au lit favorise également la détente. Pratiquez pour cela une activité calme et relaxante comme la lecture, le dessin ou l’écriture. Vous pouvez de plus écouter une musique douce pour vous apaiser. 

Si vous aimez boire une boisson chaude en soirée, privilégiez une infusion à base de plantes qui favorisent le sommeil (camomille, tilleul, lavande, etc.). Évitez par contre les excitants tels que le thé et le café. Vous pouvez aussi vous détendre en prenant un bain. Attention de ne pas utiliser une eau trop chaude. La chaleur risque en effet d’aggraver les démangeaisons

4- Nettoyer souvent votre literie

La présence d’acariens et de certains agents irritants présents dans votre lit peut causer un prurit nocturne. Laver régulièrement votre linge de lit vous évitera de vous gratter pendant la nuit. De plus, nettoyer fréquemment ses draps permet de diminuer le risque de transmission de certains parasites comme la gale, les puces et les punaises de lit

Par ailleurs, bien qu’elles soient invisibles à l’œil nu, la poussière et la transpiration sont aussi des facteurs de démangeaison. 

Privilégiez des lessives à base de composants naturels, surtout si vous avez la peau sensible. Les substances chimiques peuvent en effet provoquer des réactions allergiques et irriter la peau. 

Enfin, pensez à aérer quotidiennement votre chambre à coucher et, si possible, votre couette. En effet, le froid aide à se débarrasser des acariens. 

5- Se laver avec un savon apaisant

Enfin, lavez-vous avec un savon doux et apaisant avant d’aller au lit. Vous éliminez ainsi la saleté, la transpiration, les cellules mortes et la pollution qui se sont accumulées sur votre peau tout au long de la journée. Tous ces éléments sont susceptibles de boucher les pores de la peau et de provoquer un prurit

Privilégiez un savon doux à base de composants naturels et bio. Les savons et les gels douche surgras permettent d’hydrater et d’apaiser la peau. Un savon au soufre possède également des vertus purifiantes tout en nettoyant la peau en douceur. 

FAQ – Démangeaisons nocturnes

Pourquoi éviter de se gratter ?

Se gratter intensément provoque une irritation de la peau. Elle peut apparaître sous forme de stries, d’ulcérations cutanées ou d’excoriations. Les principales marques du grattage sont des cicatrices dites « dyschromiques ». Elles peuvent être de couleur foncée, c’est-à-dire hyperpigmentées ou blanche (dépigmentées). De plus, à force de se gratter, les lésions peuvent s’infecter. 
Enfin, le grattage intensifie la sensation de démangeaison. C’est pourquoi, bien qu’il soit souvent difficile de ne pas se gratter, il est préférable de calmer cette sensation désagréable par d’autres moyens. Votre médecin traitant pourra vous proposer des conseils personnalisés.

Merci de donner votre avis post

Eté EMMA : jusqu'à -50% sur la literie

00JOURS: 00HEURES: 00MINS: 00SECS
J'en profite