Faire dormir bébé sur le côté : une bonne pratique ?

Faire dormir bébé sur le côté, quoi de plus tentant quand on voit comment il s’endort bien dans cette position ! Néanmoins, si cette pratique peut être recommandée dans certains cas médicaux spécifiques par un pédiatre, elle comporte également des risques pour la santé de l’enfant. Les avantages potentiels de cette position semi-latérale de sommeil sont liés à la réduction de l’inconfort du reflux gastro-œsophagien, à l’atténuation des coliques et à l’amélioration de la respiration. Par ailleurs, les dangers potentiels sont le risque de suffocation, le syndrome de la tête plate et le torticolis. La recommandation prioritaire reste la position du dodo sur le dos. Faisons le point sur cette question.

Faire dormir bébé sur le côté : avantages et risques

1) Les avantages

Il est important de rappeler que la position dorsale est la position de sommeil recommandée pour les bébés pour réduire le risque de mort subite du nourrisson (MSN). Néanmoins, dans certains cas médicaux spécifiques, la position sur le côté peut être recommandée pour aider à soulager l’inconfort du bébé ou pour faciliter certaines fonctions corporelles.

La position semi-latérale peut notamment :

  • Réduire l’inconfort du reflux gastro-œsophagien: très fréquent chez les nourrissons. Dans de tels cas, la position sur le côté gauche permet de diminuer la pression sur l’estomac, qui se vide plus facilement. Les aliments s’écoulent mieux dans les intestins. La pression sur l’œsophage est réduite. Le processus de digestion est facilité ;
  • Atténuer les coliques: en restreignant la tension abdominale exercée par les gaz chez les bébés souffrant de coliques ;
  • Améliorer la respiration: grâce à une meilleure expansion thoracique offerte par la position semi-latérale.

Ces avantages potentiels à faire dormir bébé sur le côté doivent être discutés avec un pédiatre pour déterminer si c’est approprié à la situation médicale de l’enfant. Des consignes de sécurité doivent être respectées comme l’utilisation d’un matelas ferme et une chambre à coucher non surchauffée.

2) Les risques pour le nourrisson

2-1) Le risque d’étouffement

La position latérale peut provoquer une torsion dans la trachée du bébé. Sa respiration devient alors compliquée. Autre problème possible, le nourrisson peut régurgiter une partie de son alimentation, qui s’accumule au niveau de l’ouverture de la trachée. Là aussi, cette situation peut entraîner un risque d’étouffement.

Enfin, la position latérale est instable. Si le bébé bascule sur le ventre pendant son sommeil, et n’est pas capable de se retourner lui-même, cette position ventrale peut entraver sa respiration. Elle est effectivement proscrite pour éviter la mort subite du nourrisson. Quant à l’idée d’utiliser une cale pour maintenir votre enfant dans une position latérale et l’empêcher de basculer, ce n’est pas forcément conseillé. Les professionnels de santé recommandent l’absence d’articles, tels que couverture, coussin, multiples doudous dans le lit d’un nourrisson. Rien ne doit entraver sa mobilité et sa respiration.

2-2) Le syndrome de la tête plate

Autre risque encouru par une position sur le côté pour le sommeil du bébé, le syndrome de la tête plate. Connu sous le nom de plagiocéphalie positionnelle, ce syndrome peut apparaître si le nourrisson dort de manière répétée du même côté. Une pression inégale est exercée sur son crâne, dont les os sont encore tout mous. Cela peut avoir pour effet un aplatissement de la tête. Il est donc important de changer régulièrement la position de sommeil de son bébé et de profiter de ses temps d’éveil pour le mettre un peu sur le ventre pour prévenir ce risque de plagiocéphalie. D’ailleurs, même quand les bébés dorment sur le dos, il faut veiller à ce qu’ils n’aient pas la tête toujours tournée du même côté.

2-3) L’apparition d’un torticolis

La position latérale pour le sommeil d’un bébé est parfois à l’origine de torticolis. Un torticolis est une contraction musculaire anormale du cou, qui entraîne une douleur et une raideur dans cette région. Chez les nourrissons couchés sur le côté, cette position impacte notamment le muscle entre la clavicule et le côté de la tête. Celui se trouve raccourci. Or, les muscles de l’enfant, à cet âge-là, sont en plein développement. Dans une mauvaise posture, ils peuvent rétrécir faute d’étirements. Cette position répétée pourra aussi avoir des conséquences sur les os de cette zone.

À noter que certains bébés couchés sur le côté développent également un érythème unilatéral. Ce problème dermatologique consiste en un marquage rouge ou rose de la partie du corps en appui répété sur le matelas. Généralement, cet érythème disparaît en changeant l’enfant de position.

Comment éviter que bébé dorme sur le côté ?

Avant même de parler de la position de votre bébé pendant son sommeil, assurez-vous que la température de la pièce où il dort ne soit ni trop basse, ni trop élevée. Un environnement de sommeil frais d’environ 18°C est idéal. Cette température limite les risques de surchauffe et donc de mort inattendue du nourrisson (MIN). Veillez à vous équiper avec une literie adaptée : un matelas ferme, conforme aux normes de sécurité, ni oreiller, ni drap, ni couverture. Et pour les premières semaines, le berceau, plus étroit qu’un lit d’enfant, aide aussi à contenir votre bébé. Épurez au maximum son espace de sommeil.

Enfin, il est scientifiquement prouvé que lorsqu’un bébé dort sur le ventre ou sur le côté, il court un risque accru de mort subite du nourrisson (MSN) ou mort inattendue du nourrisson (MIN). La position recommandée pour un bébé endormi est sur le dos. Néanmoins, certains bébés préfèrent la position latérale et peuvent se retourner pendant la nuit. Tant est si bien qu’il est d’ailleurs tentant de faire dormir bébé sur le côté. Voici quelques conseils pour éviter que votre bébé ne dorme sur le côté.

1- Positionnez le bébé sur le dos

Le meilleur moyen d’éviter que votre bébé ne dorme sur le côté est de le positionner sur le dos dès la naissance. Mais certains bébés s’endorment plus facilement sur le côté. Dans ce cas, attendez qu’il s’endorme, puis positionnez-le délicatement sur le dos. Tant que votre enfant n’est pas en capacité de se tourner seul, habituez-le à dormir sur le dos, que ce soit au moment des siestes ou la nuit. Avant 6 mois, réservez la position ventrale au moment d’éveil. Cette position est d’ailleurs préconisée plusieurs fois par jour pendant une dizaine de minutes pour favoriser la motricité et tonicité de votre bébé.

2- Optez pour le cododo ou un moniteur

Votre bébé a tendance à se retourner pendant la nuit, mais ne sait pas encore revenir sur le dos ? Cela vous angoisse fortement. Vous pouvez opter durant les premiers mois de sa vie pour le cododo à l’aide d’un lit adapté. Vous pourrez ainsi le surveiller régulièrement, tout en préservant sa sécurité puisqu’il aura son propre espace de couchage. Vous vous refusez au cosleeping, même pendant quelques mois ? L’option babyphone avec caméra intégrée est une autre réponse possible. Vous pouvez ainsi surveiller la position de votre bébé pendant son sommeil, sans avoir à vous déplacer systématiquement.

3- Utilisez une gigoteuse

Une gigoteuse est une sorte de sac de couchage pour bébé. Cet accessoire permet de le maintenir au chaud et en sécurité pendant son sommeil. Ce petit cocon peut l’aider à se sentir rassuré et à mieux dormir. La gigoteuse contient le bébé : ses mouvements brusques et sursauts pendant son sommeil, normaux à cet âge, mais qui peuvent le réveiller, seront réduits.

L’utilisation d’une turbulette évite aussi que le bébé se couvre le visage avec une couverture ou ne la tire sur lui durant la nuit. Certains conseillent les gigoteuses nid d’ange pour les nourrissons qui ont tendance à se tourner sur le côté pour dormir. Leur forme réduirait cette pratique. Pour les enfants qui savent se retourner en autonomie, une gigoteuse sans manches est préférable.

Dans tous les cas, veillez à ce que la gigoteuse soit à la bonne taille et dans une matière adaptée à la saison.

4-Surélevez légèrement le matelas

Pour certains enfants, la position complètement à plat est compliquée à adopter. Vous pouvez tenter d’incliner légèrement le matelas, en glissant sous celui-ci un coussin ou une petite couverture roulée.

FAQ – Faire dormir bébé sur le côté

Faut-il adopter la position sur le dos ?


Le message de la Haute Autorité de Santé est très clair : la position couchée sur le dos est la seule manière efficace de prévenir le risque de mort inattendue du nourrisson (MIN).  Cette position évite les risques d’asphyxie : son nez et sa bouche sont bien dégagés. Néanmoins, les parents ont souvent peur des conséquences d’une régurgitation dans cette position dorsale. Les pédiatres sont rassurants : dans une telle situation, l’organisme déclenche un réflexe naturel qui empêche l’enfant d’inhaler ce qu’il a recraché. Il se réveillera et toussera. Par ailleurs, dans cette position dorsale, la tête, relâchée, penche naturellement d’un côté ou de l’autre. Le lait s’écoule ainsi par la bouche.

Qu’est-ce que le RGO chez le bébé ?


Le RGO (Reflux Gastro-Oesophagien) chez le bébé est un trouble qui survient lorsque le contenu de l’estomac remonte dans l’œsophage. Le sphincter œsophagien inférieur, muscle situé à la base de l’œsophage ne se ferme pas correctement après la prise alimentaire. Il laisse ainsi le contenu gastrique refluer vers l’œsophage. Un cardia immature, un trop-plein gastrique ou des allergies alimentaires : chez les bébés, le RGO est fréquent. Il peut causer des régurgitations et une sensation de brûlure dans l’œsophage. Il peut être, de ce fait, à l’origine de pleurs pendant ou après les repas, de difficultés à manger, quel que soit le menu et de troubles du sommeil. Généralement, le RGO disparaît spontanément vers l’âge de 1 an. Dans les cas les plus sévères, un traitement médical peut être nécessaire.

Quels sont les avantages du lit cododo ?


Le lit cododo est un lit pour bébé qui peut être placé contre le lit parental en abaissant la barrière du côté des parents. Ce lit permet d’adopter la technique du cosleeping, qui consiste à dormir avec son bébé dans la même chambre à coucher. Les avantages sont multiples :

• Les risques d’étouffement et d’écrasement encourus en prenant votre bébé dans votre propre lit sont limités ;
• Les parents se reposent plus plus besoin de se lever au moindre pleur, une main tendue peut apaiser leur nourrisson ;
• Les mamans peuvent allaiter plus souvent et plus longtemps, sans avoir besoin de se lever systématiquement ;
• Le bébé se sent rassuré dans ses premiers mois de vie d’avoir ses parents à proximité. Eux ont l’esprit plus tranquille.

Pourquoi bébé pleure dans son sommeil ?


Les origines des pleurs nocturnes du bébé sont diverses :

Micro-réveils entre les cycles de sommeil : Si un bébé pleure à intervalles réguliers pendant son sommeil, il s’agit probablement de micro-réveils entre deux cycles de sommeil. Il se rendort généralement de lui-même, sans avoir à intervenir ;
Léger problème de santé : Coliques, rhume, poussées dentaires, toux peuvent entraîner des pleurs. Si votre enfant pleure de façon inhabituelle la nuit, vérifiez s’il a de la fièvre ;
Inconfort : Votre nourrisson pleure peut-être parce qu’il a trop chaud ou trop froid ou qu’il a besoin d’être changé ;
Régression du sommeil : Votre bébé semblait enfin faire ses nuits et voilà qu’elles sont à nouveau perturbées. L’apprentissage du sommeil n’est pas linéaire chez le nourrisson. Vers l’âge de 8 mois, il peut manifester une angoisse de séparation et ses nuits s’en trouvent plus agitées. Après un an, l’enfant peut aussi être sujet aux cauchemars et terreurs nocturnes. (Découvrez notre article détaillé sur la régression de sommeil chez les bébés)

Merci de donner votre avis post

Eté EMMA : jusqu'à -50% sur la literie

00JOURS: 00HEURES: 00MINS: 00SECS
J'en profite