Sélectionner une page

Le sommeil de bébé

Le sommeil de bébé

Les points à retenir sur le sommeil du bébé

Le sommeil du nouveau-né est indispensable à une croissance harmonieuse et au développement du cerveau. Il va nettement évoluer au cours des premiers mois pour se rapprocher quasiment de l’organisation du sommeil adulte vers l’âge de 9 mois.

Durée :

Le temps de sommeil du bébé à la naissance est de 16 à 20 heures. Le sommeil est peu structuré à cette période et les moments de repos s’organisent tout au long de la journée. Sur ce sujet, n’hésitez pas à consulter notre dossier complet sur le nombre d’heure de sommeil pour un bébé.

Caractéristique :

Le nouveau-né ne connaît pas encore le rythme nuit/jour et son sommeil est morcelé en de nombreux cycles, soit 16 à 20 par 24 heures.

A la naissance, les cycles durent en moyenne 50 minutes et sont composés de deux phases, à savoir le sommeil agité et le sommeil calme.

Deux mois plus tard, le sommeil de bébé se compose en trois stades : sommeil paradoxal-sommeil léger-sommeil lent profond.

C’est à l’âge de 9 mois que les caractéristiques des cycles seront quasiment identiques à l’adulte : durée globale de 90 minutes et enchaînement de 5 phases.

Point de vigilance :

Il est nécessaire d’être attentif au sommeil de l’enfant d’autant plus qu’il va jouer un rôle primordial à cette période, notamment pour la maturation du système nerveux et la croissance.
C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les phases de sommeil paradoxal et de sommeil lent profond sont importantes durant les premières années de la vie.

Une durée différentes selon l’âge.

Retrouvez dans notre dossier spécifique l’évolution du sommeil de bébé âge par âge :

Cet article a-t-il répondu à vos questions ?

Sommeil de bébé
4.9 (97.04%) 54 votes

Sommaire du dossier :

Auteur : Xavier
Dernière mise à jour de la page :

Découvrez si vous dormez suffisamment ou si au contraire vous souffrez d’une dette de sommeil !

Le sommeil participe à une bonne hygiène de vie. Avec l’alimentation et l’exercice physique, un bon sommeil est souvent la garantie d’une bonne santé sur le long terme. Respecter votre besoin de sommeil est capital. Nous sommes tous différents et notre besoin de sommeil peut varier selon l’âge. Découvrez si votre besoin est satisfait en passant le test ci-dessous !

Êtes-vous en manque de sommeil ?



Testez son manque de sommeil !


Test : Manque de sommeil, comment tester la somnolence, la fatigue et la vigilance ?

Question 1/8


Possibilité de s’assoupir quand vous lisez un document




Mise en garde sur les outils et les interprétations

Comment interpréter les résultats du test et mise en garde sur les outils

Entre 0 point et 8 points

Tout semble aller pour le mieux et vous ne semblez pas avoir de dette de sommeil.

Entre 9 points et 14 points

Le test révèle que vous pourriez avoir un déficit de sommeil, dans ce cas il est bon de revoir vos habitudes pour une meilleure hygiène de sommeil.

Entre 15 points et 24 points

Vous présentez des signes de somnolence diurne excessive. Consultez votre médecin pour déterminer si vous êtes atteint d’un trouble du sommeil. Si non, pensez à changer vos habitudes.
NB. Ce questionnaire aide à mesurer votre niveau général de somnolence, il n’établit pas un diagnostic et ne remplacera jamais l’avis d’un professionnel de la santé.

Mise en garde sur les outils Sommeil.org

Vous venez de réaliser un test sur le manque de sommeil. Cet outil peut mettre en avant certaines prédispositions envisageables pour qualifier une baisse de la vigilance et un manque de sommeil. La dette de sommeil chronique peut avoir une incidence importante sur votre santé à long terme. Seul un médecin peut poser un diagnostic sur votre état de santé.

Les résultats et interprétations des différents tests du site Sommeil.org vous permettent de recevoir des informations n’ayant aucune valeur médicale. C’est pourquoi vous ne devez en aucun cas, prendre les résultats d’un test comme un avis médical ni à une recommandation. L’interprétation des résultats du test ainsi que les données de ces derniers ne peuvent en aucun cas se substituer à un avis, diagnostic ou traitement médical réalisé par un professionnel de la santé.