Le somnambulisme

Le somnambulisme : Causes et conséquences

Le somnambulisme : Causes et conséquences

Le somnambulisme dont l’origine latine signifie « se promener en dormant » fait partie des troubles du sommeil d’origine neurologique.

Le somnambulisme intervient durant le sommeil profond pendant les phases 3 et 4 (voir cycles du sommeil / phases 3 et 4 sommeil lent profond). L’épisode de somnambulisme se manifeste par une action motrice lors d’un réveil incomplet. Les somnambules semblent alors être éveillés avec les yeux ouverts.

Dans la plupart des cas, ces épisodes sont brefs mais peuvent pour certains dépasser une heure. Il touche en particulier les enfants (1 à 6 %) et en majorité les garçons (7 fois plus) âgés de 7 à 12 ans. Cependant entre 2 et 3 % des adultes seraient également touchés par ce trouble.

Les causes du somnambulisme

Le somnambulisme connaît dans 60 à 80% des cas des antécédents familiaux mais d’autres facteurs peuvent déclencher des épisodes de somnambulisme comme :

  • Le stress ou l’anxiété
  • Le manque de sommeil
  • Un traumatisme émotionnel
  • L’activité intense
  • L’énurésie
  • L’épilepsie
  • Les migraines
  • La prise de certains médicaments comme les psychotropes
  • La consommation excessive d’alcool

Les conséquences et symptômes du somnambulisme

Le somnambulisme n’a pas de caractère dangereux, mais il est évident que le fait de se mouvoir sans connaissance peut entraîner des dangers plus ou moins importants (chute dans l’escalier, blessure, défenestration…)

L’idée selon laquelle réveiller un somnambule peut entraîner des conséquences pour le somnambule lui-même est fausse. Cependant il est préférable d’éviter de provoquer le réveil qui pourrait être interprété comme un mauvais rêve et entraîner une réaction non contrôlée. Le somnambule n’aura aucun souvenir d’un épisode lorsqu’il se réveillera.

Les troubles du sommeil

Auteur : Xavier
Dernière mise à jour de la page :